Sortir d’une relation toxique avec un pervers narcissique

Comment sortir d’une relation avec un pervers narcissique ? Aux personnes chanceuses, qui n’ont jamais connu cette souffrance, la question pourrait sembler saugrenue. « Puisque tu n’es pas bien avec cette personne, il n’y a qu’à t’en aller… Rien ne t’en empêche ! »
Je le sais bien, tous ces conseils qui se veulent bienveillants ne sont d’aucune aide. Plus la situation s’en engluée, plus la souffrance est palpable, et plus il est difficile de sortir d’une relation toxique. Aussi j’aimerais aujourd’hui vous aider à retrouver votre liberté, pour enfin mener la vie que vous méritez.

Portrait d’un pervers narcissique

Vous devez à tout prix écouter votre coeur.
Il est vrai que le terme a été quelque peu galvaudé ces dernières années… Mais les pathologies relationnelles liées aux pervers narcissiques existent bel et bien. Elles ont été théorisées par Paul-Claude Racamier à la fin des années 80. Et, pour qu’il y ait pervers narcissique, il faut qu’il y ait des dépendants affectifs. L’un et l’autre vont de pair comme nous allons le voir dans cet article.

La première chose que je tiens à vous dire ici est que, quoiqu’en dise la personne dont vous souhaitez vous éloigner, si le terme fait résonner des choses en vous, et si vous sentez que votre relation est une source de violences et de souffrances diffuses, vous devez à tout prix écouter votre coeur. Vous ne gagnerez rien à rester dans cette situation si votre esprit vous répète chaque jour qu’il aimerait être ailleurs ! Faites-vous confiance.

Pour avoir les idées claires au sujet du pervers narcissique, voyons ses caractéristiques principales. De prime abord, ces personnes semblent « parfaites ». Séductrices, serviables, ouvertes, gentilles… On tombe facilement sous leur charme. Mais progressivement, l’ouverture, l’amabilité et la gentillesse font place à la dévalorisation et à la culpabilisation.

Les attaques ne se font pas de manière frontale, elles sont insidieuses et paradoxales. Les changements de comportements sont incessants, et laissent la victime du pervers narcissique dans un état presque constant de choc et de doute.

Doux en public, le pervers narcissique fait souvent précéder ses piques assassines de petites phrases gentilles. Mensonge, jalousie, et souvent infidélité font partie du quotidien.  

Le pervers narcissique est une personne malade.
Sachez qu’au fond, le pervers narcissique est une personne malade, qui n’a aucune confiance en elle. Il ne s’aime pas, et rend l’autre coupable de son mal-être et de ses défauts. Par projection, le pervers narcissique rend malade et fait souffrir les personnes dont il parvient à obtenir la confiance. D’ailleurs, j’ai tourné une vidéo avec Cristina Marques, thérapeute, spécialiste de la dépendance affective, vous pouvez visionner cette vidéo.

S’écouter pour sortir du piège

On comprend mieux, en voyant ce portrait, à quel point il peut être difficile de mettre fin à une relation toxique avec le pervers narcissique et ce d’autant plus que l’on se sent en dépendance affective vis-à-vis de lui.

La violence, qu’elle soit verbale ou physique, n’est jamais de l’amour.
La souffrance s’installe progressivement, la dépendance aussi et les mécaniques perverses sont fortement déroutantes… Mais une chose est certaine. Si vous souffrez et si vous sentez que quelque chose cloche dans la relation, il faut à tout prix vous écouter. Peu importe au fond que vous ayez à faire à un véritable cas clinique de perversion narcissique, ou que votre relation ait simplement fini par se dégrader. Écoutez-vous! Aucune personne n’a le droit de nous humilier et non, nous ne devons pas tout accepter par amour, car la violence, qu’elle soit verbale ou physique, n’est jamais de l’amour.

Quoi que vous ayez pu faire, vous ne méritez pas de souffrir ou d’être humilié. Vous méritez de mettre en place des actions afin de vous libérer et de retrouver votre joie de vivre. Pour vous en convaincre, tâchez de regarder les choses avec lucidité et objectivité. Observez le pervers narcissique agir, en vous désinvestissant au maximum de la relation.  Vous prendrez ainsi davantage conscience que le problème vient bien de lui et non pas de vous… Quoiqu’il en dise ! 

La seule chose que vous puissiez vous reprocher est de vous faire constamment avoir parce que vous voulez le voir changer et votre dépendance amoureuse vous pousse à croire qu’il va y arriver. C’est faux !

La perversion est une pathologie, vous ne pourrez pas le changer, c’est à lui de se prendre en main et de se faire suivre. Non pas parce qu’il aura peur de vous perdre, mais parce qu’il sera lui-même conscient de son état et en désir de le modifier.

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Mes conseils pour sortir d’une toxique

Maintenant que la situation est un peu plus claire dans votre tête, vous devriez être en mesure de mettre en place des méthodes afin de sortir de cette relation au plus vite. La première chose à faire consiste à comprendre pourquoi vous attirez un partenaire violent ?

Le problème, la souffrance viennent de lui et de son comportement pervers et manipulateur.
Je ne vais pas vous mentir, cela ne sera pas simple. Si vous pensez avoir besoin de l’aide d’un professionnel pour vous accompagner dans cette tâche, n’hésitez pas. Certaines situations sont particulièrement difficiles, et vous n’avez pas à vous en vouloir. Vous connaissez les méthodes de votre bourreau ! En vous voyant vous éloigner de lui, il ne changera pas de comportement, bien au contraire. Le pervers narcissique redouble généralement d’ingéniosité et de perversité lorsqu’il se sent en difficulté. En tout cas, n’essayez plus de le changer ou de vous changer afin que les choses s’améliorent. C’est maintenant décidé : vous avez tiré un trait sur la relation.  Le pervers narcissique est maître dans l’art de semer le doute et la culpabilité dans l’esprit de sa victime. Gardez cela en tête devant sa réaction. Quoi qu’il vous dise, ne doutez plus. Le problème, la souffrance viennent de lui et de son comportement pervers et manipulateur. Vous n’avez rien à vous reprocher. Vous voulez simplement arrêter de souffrir. 

Reprenez enfin confiance en vous ! Depuis des mois, des années peut-être, cette personne n’a cherché qu’à vous déstabiliser pour soigner ses propres blessures. En prenant du temps pour vous et en vous traitant comme vous méritez de l’être, il vous sera plus facile d’ignorer ses ultimes tentatives de manipulation. Vous pourrez également relire l’histoire de cette relation d’un œil neuf, plus objectif et plus juste.

Prendre ses responsabilités

Votre bourreau n’a pu agir que parce que vous l’y avez autorisé (en lisant mon article sur le triangle de Karpman, vous comprendez mieux de quoi je veux parler). Bien entendu, vous ne l’avez pas fait consciemment, et ne croyez surtout pas que ceci signifie que vous soyez coupable. Vous n’êtes en rien responsable de ce qu’il a fait, mais vous êtes 100% responsable de l’avoir autorisé à vous blesser. Pardonnez-vous et un jour peut-être pourrez-vous lui pardonner. En ne le quittant pas, en acceptant les humiliations, en vous rendant dépendante de son amour et de son bien-être à lui, vous lui avez permis d’exercer son emprise.

Lorsque l’on s’aime suffisamment, on n’autorise plus les autres à nous maltraiter.
Ce n’est pas de votre faute, mais il faut le reconnaître. Votre peur de le perdre, de la solitude, vous a permis d’accepter l’inacceptable.

Pour sortir de cette dépendance, il n’y a qu’une seule voix, celle de l’amour de soi. Lorsque l’on s’aime suffisamment, on n’autorise plus les autres à nous maltraiter. Lorsque l’on s’aime assez, nous n’avons pas besoin d’exister à travers l’autre. Lorsque l’on s’aime vraiment, nous ne sommes plus dépendants de l’amour de l’autre. Lorsque l’on s’aime complètement, on se respecte assez pour refuser toute forme d’humiliation et l’on s’en va dès le premier écart. 

Se reconstruire enfin

Sortir de cette relation et se reconstruire risque de prendre du temps, mais ne vous découragez jamais. Abordez chaque nouvelle journée comme une occasion de grandir, de prendre soin de vous, et de bâtir de nouvelles relations saines et constructives. 

Chaque nouveau pas vous éloigne un peu plus de la souffrance.
Le plus important est de réapprendre à vous aimer vous-même, pour ce que vous êtes. Pour cela, je vous invite à lire mes articles. Croire en vous, écouter votre corps, faire les bons choix… Vous entamez une nouvelle route, celle de la confiance, du respect et de la joie. Cette route, vous devez l’emprunter pas à pas… Chaque nouveau pas vous éloigne un peu plus de la souffrance.

N’oubliez pas que nous ne sommes jamais seuls. Que cette triste expérience ne vous éloigne pas des autres, car la dernière des choses à faire maintenant serait de vous isoler… Reprenez confiance en l’autre en recherchant des oreilles véritablement bienveillantes et pour sortir de cette dépendance affective et ne plus attirer d’autres bourreaux. Croyez-le ou non, votre rencontre avec ce pervers narcissique n’aura pas été vaine. Avec le bon état d’esprit, on apprend toujours de ses erreurs. Grâce à elles, vous savez désormais les pièges à éviter pour construire des relations saines, basées sur le respect, l’estime réciproque et la bienveillance… Et un beau jour, demain peut-être, cette histoire sera oubliée. Vous vous surprendrez à redire « Je t’aime », cette fois en toute sincérité.