Comment poser des limites avec bienveillance

Difficile pour un parent de se positionner entre une éducation trop permissive et une éducation trop rigide. Poser des limites est essentiel, cela ne fait aucun doute. Mais comment faire pour que cela ne se transforme pas en quelque chose de purement autoritaire ? Il faut savoir poser des limites avec bienveillance… Cela n’est pas toujours facile, mais avec ces quelques règles, tout le monde peut y arriver.

Changer de point de vue sur les limites

N’en doutez pas, il est rassurant pour votre enfant de ne pas se sentir tout puissant, et de ne pas avoir tous les droits.  Et, il n’y a absolument rien de mal à poser des limites claires à son enfant, bien au contraire ! Cela lui apprend à vivre en société, et cela l’aide également à se construire et à acquérir du respect pour son environnement et pour les autres.

Un enfant privé de limites provoquera ses parents jusqu’à ce qu’ils lui disent « Stop »..
Vous pouvez en être certain, un enfant privé de limites provoquera ses parents jusqu’à ce qu’ils lui disent « Stop »... et cela est facile à comprendre. L’absence de limite est extrêmement anxiogène pour l’enfant. En « provoquant » ses parents, un enfant ne fait au fond que rechercher le cadre et la sécurité dont il a besoin comme je l’explique dans mon article : « Comment éviter que mon enfant devienne un enfant roi ? »

Poser des limites claires et fixes

Bien évidemment, il ne faut pas poser ses limites de n’importe quelle façon. Une limite doit toujours être posée clairement.

Une erreur assez courante consiste à poser une limite, pour ensuite la modifier au gré des circonstances. Par exemple, « Il faut retirer ses chaussures lorsque l’on rentre dans la maison » est une limite claire et fixe. Mais dans certains foyers, cela peut vite varier selon les humeurs et les saisons. «D’accord si elles ne sont pas boueuses», « D’accord, mais seulement cette fois »…

Faire varier une règle ne sera jamais efficace. N’oubliez pas : lorsqu’on pose une limite, on pose une limite. Sans cela, l’enfant n’aura pas le cadre rassurant dont il a besoin. De votre côté, vous ne serez jamais tranquille, car votre enfant essaiera toujours de voir jusqu’où il peut réellement aller.
Les clefs de votre passéBien entendu, il faut prendre le temps d’écouter votre enfant lorsqu’il remet en cause une limite. Peut-être a-t-il une bonne raison de la remettre en question ? Et quoi qu’il arrive, cela vous permettra de lui expliquer plus clairement les raisons de cette règle.

Poser des limites adaptées

Il est important de ne pas poser de limites trop rigides, ou inadaptées à l’âge et aux capacités de compréhension de votre enfant.

Pour cela, il faut bien réfléchir en amont. Une bonne règle doit être parfaitement claire dans votre esprit. Elle doit faire en sorte que vos besoins soient respectés et que le bien-être circule dans la maison. Demandez-vous simplement si la limite envisagée sera toujours souhaitable, si elle est véritablement importante, et si elle convient à votre enfant.

N’oubliez pas que chaque enfant a sa personnalité. Trouver des règles adaptées à chacun permet de vivre en harmonie, sans trop couper votre enfant de ses aspirations profondes. Respectez les besoins de votre enfant afin de créer des limites justes, qui embellissent la vie de tous les membres de la famille, et surtout sans les couper de leurs besoins et de leurs envies.

 

Rejoignez les milliers d’abonnés à la newsletter et recevez mon livre : 4 clefs pour ne plus crier et s'énerver

Éviter les récompenses

Mettre en place un système de récompense peut être tentant. Cela semble naturel, et même bénéfique… Pourtant, les récompenses systématiques empêchent l’enfant d’avoir confiance en lui.

De plus, les récompenses ne sont pas efficaces lorsque l’on souhaite poser des limites avec bienveillance. En voulant motiver l’enfant par des récompenses, on peut rapidement voir apparaître de la surenchère, ou du chantage dans la relation. N’en doutez pas, il n’y a aucune raison d’offrir une récompense pour poser une limite. Une limite juste est ce qu’elle est, un point c’est tout !

Expliquer le bien-fondé d’une limite

Une limite est ce qu’elle est, mais elle ne sera jamais vécue positivement si elle est perçue comme arbitraire. Il faut donc toujours expliquer pourquoi l’on pose une limite afin que l’enfant comprenne et s’approprie la règle. Même si votre enfant est jeune et qu’il ne comprend pas parfaitement tout ce que vous lui expliquez, prenez soin malgré tout de lui exposer les raisons de chaque règle.

Par exemple en fixant la règle « On n’écrit pas sur la table », il faut expliquer à l’enfant les raisons de cette interdiction. Cela peut nous paraître évident, mais pas pour un enfant ! Expliquez-lui qu’une table coûte de l’argent, qu’il faut travailler pour gagner de l’argent, que vous trouvez cette table jolie et que vous seriez triste si elle était abîmée…

N’utilisez pas la négation

Votre enfant ne comprend pas les négations, vous non plus d’ailleurs, mais c’est une autre histoire. Lorsque vous lui dites : « N’écris pas sur la table », il entend « écrire » et « table ». Notre cerveau fabrique instantanément une image mentale. Dans ce cas-ci, l’enfant se voit écrire sur une table.

Prenez l’habitude de communiquer sur ce que vous voulez et non sur ce que vous ne voulez pas !
Vous doutez ? Si je vous dis : « Ne pensez surtout pas à un éléphant rose ». Vous avez vu un éléphant en imagination et vous n’avez pas pu vous en empêcher.

Dites-lui plutôt : « On écrit sur des feuilles ». Prenez l’habitude de communiquer sur ce que vous voulez et non sur ce que vous ne voulez pas !

Vous constaterez que ce n’est pas facile du tout, pourtant, en formulant vos demandes positivement vous obtiendrez des résultats positifs. Vous pouvez dès à présent dresser la liste de toutes vos demandes et modifiez-les en supprimant les négations.

Ne cours pas – marche lentement.

Ne crie pas – parle doucement.

Ne saute pas sur le canapé – descends et joue par terre.

Ne mange pas avec les doigts – sers-toi de tes couverts…

À vous maintenant !

Être soi-même l’exemple

Cela relève du bon sens, et pourtant… Il y a beaucoup de parents qui fixent des règles à leurs enfants et qui ne les respectent pas eux-mêmes. Bien sûr, certaines règles sont inutiles pour les adultes. Dans ce cas, expliquez bien à votre enfant pourquoi cette règle ne vous concerne pas. Sans cela, il ne gardera de cette limite qu’un sentiment d’injustice et risquera fort de ne pas la respecter ou de cultiver de la rancœur.

Sauf cas exceptionnels, soyez vous-même l’exemple à suivre ! Si l’enfant constate que ses parents suivent les règles et que cela ne leur pose aucun souci, il sera beaucoup plus enclin à les respecter de son côté.

Poser des limites n’est pas quelque chose de néfaste ou de négatif pour l’enfant, bien au contraire ! Un enfant ne pourra se développer, se sentir en sécurité et avoir confiance qu’en ayant un cadre de vie clair et précis. Il est essentiel de poser des limites durables, et de les expliquer clairement à son enfant… tout en les respectant soi-même pour donner l’exemple !

 

2 réponses
  1. Fabienne
    Fabienne dit :

    Bonsoir,
    Nous pratiquons l’éducation bienveillante et positive, sans punition, du mieux que nous pouvons avec notre fille de presque 5 ans (dans 3 mois).
    Mais depuis quelques temps, elle nous défie et nous manque de respect en nous parlant mal et en nous tirant la langue. On a beau lui expliquer, sur tous les tons, elle s’en fiche et continue.
    Nous ne savons plus comment faire, car nous ne voulons pas en venir aux punitions mais nous ne voulons pas qu’elle soit irrespectueuse non plus.
    Merci de votre aide !

    Répondre
    • Noémie
      Noémie dit :

      Déjà je vous félicite pour votre engagement dans l’éducation bienveillante car ce n’est pas toujours facile et les enfants mettent parfois à rude épreuve nos nerfs et nos bonnes résolutions ;-)
      Ceci étant, un enfant va tester certaines choses et reproduire un comportement pour faire ses tests. Je vous conseille d’aller voir les vidéos de ma chaine Youtube, je donne pleins de conseils. Celle sur les enfants qui dépassent les limites et celle pour ceux qui disent des gros mots (même s’il ne s’agit pas de ça, c’est un peu pareil). Mais le meilleur que je pourrais vous donner c’est de ne pas prêter attention, même si c’est dur. Vous avez déjà expliqué. Vous verrez que le spectacle s’arrête quand les spectateurs s’en vont ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *