Comment obtenir l’aide de ses enfants sans crier ?

Faire participer ses enfants aux tâches ménagères et réussir à obtenir de l’aide, c’est un objectif qu’ont beaucoup de parents… mais qui est souvent difficile à atteindre. Dans certains foyers, la moindre corvée prend un temps fou, et la colère fuse dès qu’il s’agit de faire participer les enfants. Dans les cas les plus difficiles, les cris n’y font rien, et les parents finissent par abandonner l’idée même d’obtenir de l’aide…

Il est pourtant toujours possible d’obtenir la coopération de ses enfants sans crier. Il y a pour cela une méthode efficace que j’aimerais partager avec vous.

La méthode habituelle : ordres et injonctions

Je le constate régulièrement : dans une grande majorité de familles, la demande d’aide et de coopération de la part des enfants ressemble surtout à une suite d’ordres et d’injonctions. « Mets tes chaussures », « Débarrasse la table », « Nettoie-moi cette table », « Range ta chambre ! » « Va faire tes devoirs »… Ces scènes sont monnaie courante, et ont été très bien dépeintes par Jacques Dutronc dans sa chanson, « Fais pas ci, fais pas ça » 

Ce mode de communication peut paraître anodin, normal… Mais en s’observant avec un peu de recul, certaines personnes constateraient avec effroi qu’elles passent parfois leurs journées derrière leurs enfants à enchaîner les injonctions d’un ton strict. Tout cela est fort désagréable, pour l’enfant comme pour le parent. Dans ces cas-là, la moindre demande est perçue comme un ordre stressant, et plus rien ne se déroule spontanément à la maison. D’ailleurs, imaginez ce que vous ressentiriez si votre partenaire ou votre supérieur faisait la même chose avec vous !

Les clefs de votre passé

Changer de point de vue sur les « corvées »

Avant de vous dévoiler ma méthode pour obtenir l’aide de vos enfants sans crier, j’aimerais partager avec vous une idée qui a changé ma vie.

Beaucoup de personnes, y compris moi-même auparavant, voient les « corvées » et les activités ménagères comme des obligations désagréables qu’elles sont obligées d’effectuer. Cuisine, vaisselle, ménage, papier, courses… Toutes ces tâches sont perçues comme fondamentalement désagréables. Elles sont la plupart du temps effectuées la mort dans l’âme, avec le sentiment de perdre son temps et de mériter mieux que ça.

Pourtant, lorsque l’on observe les choses avec attention, on constate rapidement que les tâches ménagères ne sont pas si désagréables que cela ! Elles peuvent même, bien plus souvent qu’on ne l’imagine, s’avérer plutôt agréables à réaliser. Et puis, avons-nous le choix ? La réponse est non, de l’intérêt de mettre de la joie dans leur réalisation pour que la charge émotionnelle soit allégée.

Les enfants absorbent nos émotions
Pour vous en convaincre, je vous invite à effectuer vos tâches ménagères en pleine conscience. Écartez de votre esprit les idées préconçues, et effectuez-les simplement en vous focalisant sur les sensations que cela vous procure. Vous pouvez aussi faire autre chose en même temps. Écouter de la musique en nettoyant, regarder un film en repassant… Et surtout, ce qui est fondamental, vous rappeler ce que vous allez ressentir une fois la corvée achevée. Car oui, vivre dans une maison propre est rangée est quand même très agréable.

Vous verrez, la plupart des « corvées » sont en réalité des activités plutôt relaxantes, qui permettent à notre corps et à notre esprit d’évacuer les tensions. Une fois la tâche effectuée, constatez à quel point cela était satisfaisant, et à quel point vous êtes contents de l’avoir fait !

Les enfants absorbent nos émotions. Il n’est pas surprenant qu’ils rechignent autant à nous aider, si nous avons de notre côté une image aussi négative des corvées. En changeant votre point de vue sur ces tâches quotidiennes, vous transmettrez des émotions positives à vos enfants. Ils seront beaucoup plus enclins à participer à l’entretien de la maison.

Rejoignez les milliers d’abonnés à la newsletter et recevez mon livre : 4 clefs pour ne plus crier et s'énerver

Remplacer les injonctions par des questions

J’en ai conscience que ce petit conseil pourrait sembler léger pour un problème aussi pesant… Et pourtant il pourrait bien bouleverser votre vie quotidienne !

Attention, il ne s’agit pas de simplement remplacer une injonction par une question qui ne serait qu’un ordre déguisé ! Il ne s’agit pas de demander « Pourrais-tu débarrasser la table ? » au lieu de dire « Débarrasse la table », ce qui ne changerait pas grand-chose à la perception des choses par votre enfant.

Il s’agit de proposer à votre enfant plusieurs possibilités qui impliquent de manière sous-jacente l’aide demandée. Cela l’amènera à coopérer avec vous par lui-même en lui donnant l’impression que l’envie venait de lui. Par exemple, pour que votre enfant s’habille, demandez-lui s’il préfère mettre son pull noir ou son pull rouge… Et vous le verrez, comme par magie, mettre l’un des deux pulls dans la joie et la bonne humeur ! Pour que votre enfant fasse ses devoirs, ou débarrasse la table, demandez-lui par exemple s’il préfère le faire avant de prendre son goûter ou après…

Repérer les situations difficiles

Selon les familles et selon les enfants, il y a généralement des demandes plus difficiles qui deviennent particulièrement anxiogènes pour le parent.

Certains enfants refusent systématiquement de faire leur lit, tandis que d’autres ont beaucoup de mal à venir à table lorsqu’on les appelle. Je vous invite à repérer quelles sont, chez vous, ces situations difficiles, et qui vous font systématiquement passer un mauvais moment.

Mais ce qui marchera à coup sûr avec vos enfants, ce sera de transformer en jeu tout ce que vous vous attendez à les voir réaliser.
Essayez donc de reformuler en priorité ces demandes difficiles avec ma méthode « Tu préfères faire ton lit avant ou après le petit-déjeuner ? » « Tu viens manger tout de suite ou tu fais pipi d’abord ? » Vous attaquer en priorité à ces moments délicats allégera considérablement votre quotidien. L’ambiance sera tout de suite plus détendue, et vous pourrez obtenir la coopération de votre enfant dans les autres domaines bien plus facilement.

Utiliser le jeu

Mais ce qui marchera à coup sûr avec vos enfants, ce sera de transformer en jeu tout ce que vous vous attendez à les voir réaliser.

Mettre la table se transforme par le jeu du restaurant. Votre enfant est le maître d’hôtel il prépare la table, prend la commande et débarrasse à la fin du repas.

Se laver se transforme en jeu de la chasse aux microbes que l’on traque à coup de gant de toilette.

Aller au lit en faisant l’avion ou la princesse qui va plonger dans un doux sommeil.

Soyez créatif, trouvez des idées de jeu et vos enfants ne rechigneront plus à faire ce que vous attendez d’eux.

Obtenir l’aide de ses enfants sans crier, trop peu de parents y parviennent de nos jours… Et ce pour deux raisons. Déjà, parce que la plupart des parents détestent les corvées, et ont à ce sujet beaucoup d’idées reçues. Et surtout parce que bien souvent, la demande d’aide ressemble plus à un ordre qu’à une simple demande.

Changer de point de vue sur les tâches ménagères et remplacer les ordres par des questions vous permettra d’obtenir l’aide de vos enfants et d’alléger considérablement la vie quotidienne dans votre foyer.  

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi lire mon article  « Pourquoi mon enfant n’obéit-il pas ?»

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *