Bien gérer les conflits

Au travail, en couple, en famille, parfois même avec des inconnus… Les conflits sont des événements très désagréables, mais malheureusement inévitables. Vouloir à tout prix les éviter serait impossible, et même néfaste. Nos besoins, nos émotions et nos incompréhensions sont toujours susceptibles d’amener quelques frictions. Pour mener une vie totalement épanouie, il est donc essentiel d’apprendre à prévenir et à gérer au mieux les conflits. Pour cela, il y a quatre attitudes à adopter en priorité : compréhension, ouverture, communication et positivité.

Le courage de comprendre

Pour prévenir un maximum de conflits et éteindre les incendies au plus vite, le plus important est de chercher à comprendre au mieux les situations.

Cela passe avant tout par la connaissance de soi ! Attention, la chose n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Émotions, messages du corps, besoins profonds, blessures enfouies Bien se connaître demande du temps et une grande ouverture d’esprit. Mais lorsque l’on se connaît mieux, il est bien plus facile d’exprimer correctement ses besoins, et de s’affirmer dans le calme et la douceur.

On est également plus à même, lorsque l’on a appris à se connaître, de comprendre les autres. Il devient même possible de détecter les besoins et les petits malaises qui n’ont pas été exprimés verbalement, et ainsi de désamorcer bon nombre de conflits… Plus on se connaît soi-même en profondeur, plus on est en mesure de comprendre l’autre dans toute sa complexité. Selon moi, ce talent est précieux, car aucune situation n’est simple ! En abordant les choses de la façon la plus entière et la plus fine possible, on s’évite bien des tracas et des incompréhensions.

Oser s’ouvrir à l’autre

Les situations conflictuelles ne sont jamais binaires !
Contrairement à ce que souhaiteraient nous faire croire certains auteurs de romans et certains scénaristes de films, les situations conflictuelles ne sont jamais binaires ! Dans la vraie vie, aucun conflit n’oppose un ou plusieurs « méchants » et un ou plusieurs « gentils ». Les choses sont toujours beaucoup plus complexes que cela.

En apprenant à se connaître soi-même, on peut mettre à jour certains de nos petits travers et certaines de nos injustices qui peuvent irriter l’autre, ou lui compliquer la vie. Nous jouons tous des rôles et passons de l’un à l’autre, comme le suggère le fameux triangle de Karpman.

Je vous encourage aussi à trouver la force et le courage de vous ouvrir véritablement à l’autre lorsque le conflit n’a pas pu être évité. J’en ai conscience, cela n’est pas simple. Les conflits sont source de plusieurs émotions négatives, qui ont tendance à nous renfermer sur nous-mêmes. Au cœur d’une dispute, ces émotions nous poussent à refuser en bloc tout ce qui vient de l’autre.

Tâchez de comprendre l’autre, son point de vue, ses émotions et ses besoins le plus objectivement possible.
Même si cela vous coûte sur le moment, tentez au maximum de prendre sur vous lors des conflits. Tâchez de comprendre l’autre, son point de vue, ses émotions et ses besoins le plus objectivement possible. Pour cela, le plus simple est souvent de s’isoler quelques minutes dans une autre pièce, afin de faire retomber la pression et de voir les choses plus objectivement. 

Laissez de côté son égo

Lorsque le conflit éclate, l’égo qui tient plus que tout à avoir raison et à garder la tête haute ne vous encouragera pas à faire un pas vers l’autre. Pire encore, on s’acharne sur l’autre, on le juge, on cherche à la culpabiliser…

À un moment, il faut accepter d’abandonner son besoin d’avoir raison et s’ouvrir à l’autre. Et si l’égo vous souffle en ce moment même : « mais pourquoi ce serait à moi de faire le premier pas ? ». Répondez-lui : « Parce que je préfère la paix ! ».

Lorsqu’on laisse son égo de côté, on ouvre son cœur, une des conditions essentielles pour résoudre les conflits intérieurs et extérieurs.

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Travailler sa communication

Afin de s’ouvrir à l’autre et d’aborder les choses le plus efficacement possible, il est également essentiel de travailler sa communication. Comprendre le langage non verbal, et savoir déchiffrer la langue mystérieuse des émotions est, comme nous l’avons vu, un talent précieux. Mais nous sommes aussi des êtres de langage. Maîtriser au mieux cet outil à la fois merveilleux et dangereux peut littéralement vous changer la vie.

Le langage est un domaine qui me fascine, et que toute personne souhaitant évoluer sur le chemin du développement personnel devrait étudier. Dans plusieurs articles précédents, nous avons évoqué plusieurs pistes pour progresser à ce sujet.  

Si cela n’est pas déjà fait, en parcourant mes pages, vous pourrez apprendre à exprimer vos besoins sans blesser l’autre, à vous affirmer et à dire non en toute sérénité… Vous verrez également comment dire les choses, et même LA chose la plus difficile à exprimer. 

Tout cela n’est pas accessoire. Je vous promets qu’en travaillant sur votre communication, vous vous faciliterez grandement la vie… Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !

La positive attitude !

Adopter une « positive attitude » change la vie dans tous les domaines
On a beaucoup raillé la chanteuse Lorie, et à sa suite l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin pour avoir vanté les mérites de la « positive attitude ». Il est vrai que la chanson s’adressait avant tout aux adolescents, et que ses qualités musicales ne sautaient pas aux yeux. Il est vrai aussi que voir un homme d’État reprendre les paroles de cette chanson pour ados avait de quoi faire sourire… Pourtant, je suis d’accord avec eux sur ce point. Adopter une « positive attitude » change la vie dans tous les domaines, et tout particulièrement dans la résolution des conflits.

Adopter la positive attitude permet avant tout d’aborder les conflits comme des choses toutes naturelles, et inévitables dans les relations humaines. On évite ainsi de dramatiser les situations, et on les aborde le plus sereinement possible.

Plus important encore : il est impossible de pardonner si l’on a pas fondamentalement confiance en soi et en la vie. Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de vivre une situation de conflit sans blesser l’autre et sans être blessé soi-même. Savoir tirer un trait là-dessus, parier sur la grandeur de l’autre, lui montrer notre estime en trouvant la force de pardonner, c’est se donner l’opportunité de repartir sur des bases plus solides.

Les conflits sont inévitables. Jamais nous ne pourrons grandir en restant dans l’évitement. Mes méthodes ne sont pas miraculeuses, et elles demandent un certain courage : courage de comprendre, courage de s’ouvrir, courage de travailler sur soi, et courage d’être positif… Mais sans ce courage, chaque conflit est condamné à rester stérile et à enfermer chacun dans ses positions. 

Ce courage, qui existe déjà en vous, changera radicalement la donne. Il fera de chaque conflit une nouvelle opportunité : celle de mieux vous connaître et d’aller vers les autres pour bâtir des relations solides, vraies, et bénéfiques pour tous.