Oser s’affirmer

Ce n’est pas toujours facile de dire ce que l’on ressent. La peur du conflit, la peur de l’abandon, la peur du ridicule… Autant de raisons qui peuvent pousser chacun de nous à taire ses émotions et ses pensées. Bien sûr, cette réaction est adaptée dans certaines situations, notamment professionnelles. Mais elle peut, si elle se répète trop souvent, scléroser notre personnalité, nous empêcher d’évoluer, ou pire encore, nous couper complètement d’avec nous-mêmes. Savoir s’affirmer est une étape essentielle dans la construction de soi et dans l’établissement de relations saines et véritablement respectueuses.

Quand dire ce que l’on ressent semble impossible

Pour beaucoup d’entre nous, dire ce que l’on pense vraiment relève du fantasme impossible à réaliser. Avancer masqué semble la norme. Celui qui déroge à cette règle tacite passe vite pour un fou, pense-t-on généralement. Car ce fonctionnement est bien ancré dans nos habitudes : tout se joue souvent dans l’enfance. Ils sont nombreux les parents qui, malgré eux, ont appris à leurs enfants que toute vérité n’est pas bonne à dire, et que tout ressenti n’est pas forcément légitime ou exprimable. Le respect de l’autorité, des habitudes, ou tout simplement de la bienséance passe dans de nombreuses familles avant l’acceptation et l’affirmation de soi…

Les clefs de votre passé

Or, des censures à répétition dès le plus jeune âge peuvent convaincre la personne la plus aimante et la plus perspicace que ses opinions ne sont pas dignes d’être partagées et qu’il faut toujours faire passer l’autre avant soi… même lorsqu’il dépasse clairement les bornes.

Parfois aussi, de mauvaises expériences peuvent finir par persuader que s’exprimer avec franchise est trop dangereux. Une mauvaise affirmation de soi peut effectivement avoir des conséquences fâcheuses. Mal comprise, cette notion peut être à la source de séparations, d’amitiés brisées, ou encore de licenciements… Pour ne plus avoir à subir de telles souffrances, certaines personnes décident, consciemment ou non, de ne plus partager leur ressenti qu’en de rares exceptions.

Bien évidemment, toutes ces croyances ne peuvent qu’engendrer frustrations, souffrances et rancœur.
Pire encore, elles sont parfois si profondément ancrées qu’elles en deviennent terriblement destructrices. À force de ne plus s’autoriser à penser ce que l’on pense et à ressentir ce que l’on ressent, on en arrive à se couper de soi-même en profondeur. Si ce que je ressens ne vaut pas la peine d’être exprimé, cela n’a certainement pas grande valeur. Mieux vaut alors ne plus rien ressentir du tout…

Dans certains cas extrêmes, le fait de ne pas exprimer ses ressentis, notamment son agressivité, peut se retourner complètement contre soi. Des conduites à risques, comme la consommation de drogues ou d’alcool, ou encore la boulimie, peuvent apparaître.

Qu’est-ce que l’affirmation de soi ?

Contrairement à ce que notre éducation nous a souvent fait croire, s’affirmer, c’est être capable de dire sereinement ce que l’on pense, ce que l’on ressent, ce que l’on désire… tout en respectant l’autre et sa différence.

S’affirmer, c’est être capable de dire sereinement ce que l’on pense, ce que l’on ressent, ce que l’on désire… tout en respectant l’autre et sa différence.
Il ne s’agit donc pas de faire passer sa petite personne avant les autres, loin de là. Bien sûr, on rencontre communément des personnes qui pensent s’affirmer, et croient sincèrement « dire ce qu’elles pensent », mais qui ne font en réalité qu’écraser les autres. Il est évident que si l’on confond l’affirmation de soi avec le manque de respect et l’agressivité, celle-ci n’a aucune raison d’être mise en avant, et encore moins d’être pratiquée. On comprend alors pourquoi l’éducation ne laisse traditionnellement aucune place à l’affirmation de soi !

Autre méprise fréquente : On pense parfois que s’affirmer revient à dire tout ce qui nous passe par la tête. Mais être spontané, ce n’est pas forcément être sincère. Vous le savez bien, nos humeurs et nos opinions varient constamment, et la connaissance de soi est un chemin difficile. Il faut apprendre à connaître ce que l’on veut vraiment pour pouvoir s’affirmer en toute sérénité et en toute confiance. Cela demande du travail, surtout si l’on est complètement coupé de soi-même suite à de trop nombreuses censures.

Élevées dans le respect d’eux-mêmes et de leurs ressentis, certaines personnes assument leurs opinions et leurs émotions. Les partager dans le calme est pour eux la chose la plus naturelle et la plus légitime du monde. Cela se fait alors de manière automatique, sans réflexion. Mais ces personnes sont rares. Pour la plupart d’entre nous, cette compétence demande à être développée.

Comment s’affirmer

Il existe plusieurs méthodes qui permettent d’avancer un peu plus chaque jour dans l’affirmation de soi. Elles permettent à la fois de renouer avec soi-même et d’exprimer ses désirs correctement.

La plus connue consiste à développer son assertivité. Concept créé au 20e siècle par le psychologue américain Andrew Salter, l’assertivité est l’outil numéro un pour exprimer correctement ses désirs et ses opinions. Il s’agit d’être totalement honnête avec soi-même et avec les autres, et de toujours s’exprimer ouvertement, sans passivité, sans manipulation et sans agressivité.

Andrew Salter et d’autres psychologues avec lui comme l’école de Palo Alto ont développé plusieurs théories et des méthodes comme le fogging (pour mettre en évidence des points d’accord) ou le disque rayé (pour mieux réagir face à un refus illégitime), qui permettent d’affirmer correctement ses désirs, notamment en entreprise. Certains chercheurs ont poussé la logique à l’extrême, en prônant une honnêteté radicale, rejetant ainsi le mensonge en toute circonstance… Cette position, sans doute un peu abusive, montre tout de même à quel point l’enjeu est crucial, surtout pour les chercheurs en psychologie positive.

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

D’autres techniques de communication positive et de communication non violente permettent également de s’affirmer tout en préservant l’intégrité de l’autre. N’hésitez pas à lire mon article sur ce sujet pour en savoir davantage.

En réapprenant à s’affirmer, on peut enfin renouer avec ses véritables désirs, et bâtir de nouvelles relations basées sur l’honnêteté, et non plus sur la peur. En constatant que nos désirs sont légitimes et acceptés lorsqu’ils sont exprimés correctement, on peut en outre développer une véritable confiance en soi.

Plus important encore, oser s’affirmer, c’est pouvoir ressentir et partager tout le positif en nous… toutes ces belles choses que nous avons cachées depuis notre plus tendre enfance, faute d’avoir appris à les exprimer. Ne l’oublions pas : oser s’affirmer, c’est aussi réapprendre à dire « Je t’aime ».

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *