Les blessures émotionnelles

Certaines scènes semblent se rejouer en permanence. Le présent dans ce cas, loin d’apporter nouveautés et surprises, n’est que l’occasion de revivre encore et encore des situations difficiles.

Choix de partenaires systématiquement blessants ou violents, attitudes dominatrices mêlées de culpabilité avec ses enfants… Nous nous étions pourtant promis de ne plus jamais retomber dans ces pièges. Pourquoi donc se répètent-ils, malgré la souffrance, malgré le désespoir ? Au-delà de ça, comment expliquer tous ces malaises persistants, toutes ces douleurs diffuses qui nous rappellent à elles sans relâche, comme des plaies non pansées ?

Pour le comprendre, il faut se pencher sur le mécanisme des blessures émotionnelles. Vous le comprendrez bientôt, toute blessure émotionnelle doit être comprise, acceptée et exprimée intégralement pour être soignée. Sans cela, la souffrance est inévitable : les mêmes douleurs, les mêmes schémas se reproduiront continuellement.

L’inconscient corporel ou la mémoire émotionnelle

Les clefs de votre passé

Mais pourquoi donc nous sentons nous parfois prisonniers de nous-même, tels des spectateurs passifs qui voient continuellement se dérouler sous leurs yeux les mêmes situations, les mêmes erreurs et les même comportements néfastes ?

Généralement, nous savons bien ce dont nous avons besoin pour nous épanouir, et nous sommes en mesure d’apprendre de nos erreurs, et de tirer des enseignements de nos échecs. Pourtant, certains schémas que nous savons négatifs se revivent inlassablement.

A priori, c’est à n’y rien comprendre… Mais en travaillant sur ses émotions, on peut reconnaître certains mécanismes et sortir des schémas négatifs. La réponse à toutes nos questions se trouve dans ce que l’on appelle « inconscient corporel », « mémoire émotionnelle » ou encore « mémoire corporelle ». Tous nos scénarios récurrents, également appelés « compulsions de répétition » ou « patterns » sont simplement le fruit d’une mauvaise connaissance de nous-même et de notre fonctionnement émotionnel.

 

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Quand les « maux » remplacent les « mots »

Vous le savez désormais si vous lisez mes articles et suivez mes conférences, toute émotion doit être entendue, acceptée et accueillie. Trop souvent pourtant, l’émotion ne trouve aucune réponse satisfaisante à ses appels. Censure, honte, peur… Tout ceci nous pousse parfois à taire des ressentis légitimes et sains, et de toute façon déjà présents en nous.

Or, face à la censure, une émotion réagit toujours de la même manière. Un processus de deuil inachevé ou une rupture mal digérée entraîneront immanquablement des répercussion, généralement corporelles. C’est ce que l’on nomme communément la somatisation. Migraines, nausées, vertiges, crampes, fatigue… C’est la manière qu’a trouvé notre corps d’exprimer ses « mots » en passant par les « maux« .

Où donc peuvent bien s’exprimer toutes ces émotions lorsqu’elles sont ainsi muselées… si ce n’est au cœur de notre être, dans notre chair ?
Et cela peut aller très loin ! Combien d’ulcères, de maladies chroniques, et même de cancers pourraient être évités en mettant fin à la censure émotionnelle ? Songez-y, combien de fois par jour réprimons nous les émotions qui nous assaillent et qui ne demandent pourtant qu’à être entendues ? Et où donc peuvent bien s’exprimer toutes ces émotions lorsqu’elles sont ainsi muselées… si ce n’est au cœur de notre être, dans notre chair ?

Une blessure se répète pour être entendue

Si le passé se répète ainsi inlassablement, et d’une manière tellement douloureuse, c’est simplement parce qu’il reste inachevé d’un point de vue émotionnel.
Outre la somatisation, une émotion réprimée suite à un traumatisme peut aussi agir à la manière d’un aimant. Elle attire alors à elle des situations semblables dans un seul but : être enfin entendue et libérée.

En réalité, le processus est facile à comprendre, et vous le connaissez bien au fond de vous. Si le passé se répète ainsi inlassablement, et d’une manière tellement douloureuse, c’est simplement parce qu’il reste inachevé d’un point de vue émotionnel.

Pour être pleinement vécue, digérée et surtout acceptée, l’émotion suscitée par une situation doit être complètement ressentie et exprimée. Sans cela, elle restera comme gelée, et ne pourra que s’imprimer durablement dans le corps et dans l’esprit.

Le passé est inscrit en nous, et contamine le présent. Pour se libérer et sortir de ces spirales négatives, il est nécessaire d’apprendre à repérer toutes les situations où le passé se rejoue, en décidant une bonne fois pour toutes de les aborder en toute sincérité.

Comprendre le passé pour sortir de la souffrance

Bien sur, cela n’est pas simple. Sortir de la souffrance demande une bonne dose d’humilité, et surtout d’acceptation de soi et de ses ressentis. Mais vous avez enfin fait le choix de vous accepter et d’avancer sur la voie de la guérison. C’est un grand pas en avant, sur lequel vous ne pourrez jamais revenir.

Pour se comprendre parfaitement, il faut savoir que nos relations affectives se construisent en grande partie à partir de premiers modèles vécus durant l’enfance. Nos premières relations avec nos parents influencent encore nos vies, bien plus profondément qu’on ne pourrait le croire. Conflits et autres blessures se rejouent dans nos relations actuelles. Faute d’avoir obtenu une réponse satisfaisante de notre part et de la part de notre entourage, chaque blessure vécue reviendra nous hanter.

Il est donc essentiel de faire un retour sur son passé, et de prendre enfin le temps de guérir toutes les blessures émotionnelles qui n’ont pas pu entre comprises lorsque nous étions trop jeunes. Sans cela, autodestruction et répercussions envers ceux que l’on aime seront les seules échappatoires de nos émotions.

Si la douleur est vive et si les scénarios se rejouent, c’est avant tout parce que le présent est toujours une occasion de guérison.
Peu importe que ces blessures soient récentes ou anciennes. L’émotion ne connait ni présent ni passé. La nature est bien faite… Elle accueille toujours les bons comportements ! N’oubliez pas, si la douleur est vive et si les scénarios se rejouent, c’est avant tout parce que le présent est toujours une occasion de guérison.

Ces émotions qui reviennent sans cesse nous informent sur nous-même, sur nos besoins et sur nos fragilités. Accepter de les vivre entièrement et de les partager sainement avec ses proches est le seul moyen de se libérer de ses carcans, et d’avancer enfin vers ce qui nous ressemble et nous épanouit pleinement.

Toute émotion doit être acceptée et entendue pour ce qu’elle est. L’autocensure ne sera jamais une solution. Faute d’être comprise, une émotion s’exprimera par tous les moyens, de la somatisation à la répétition systématique de schémas négatifs et douloureux.

Pour mettre fin à ces comportements destructeurs, il est essentiel de comprendre que le corps est littéralement marqué par les émotions refoulées, d’accepter ses émotions et de panser enfin les blessures passées qui n’ont pas été refermées.  Alors enfin on peut se libérer, en acceptant pleinement ce que l’on a été, ce que l’on est, et ce que l’on souhaite réellement devenir.

2 réponses
  1. ronchy
    ronchy dit :

    Bonjour,
    Comment faire lorsqu’on ne comprend pas et ne reconnait pas l’émotion parce que cela se traduit par des crises d’angoisses à des moments où l’on ne s’y attend pas et sans raisons apparentes ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *