Parents, sommes-nous responsables de tout ?

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


En général, les parents se sentent responsables de tout ce qui arrive à leur enfant ; s’il ne réussit pas à l’école, c’est que quelque chose leur a échappé, s’il n’est pas poli, c’est de leur faute, s’il n’a pas d’amis c’est de leur faute, ce qui entraîne beaucoup de culpabilité. Ce n’est peut-être pas comme ça que vous vous le dites, pourtant, vous vous questionnez pour savoir si vous n’avez pas joué un rôle dans leurs comportements, et n’êtes pas responsables de tout.

Alors, la question essentielle d’aujourd’hui c’est : sommes-nous responsables de tous les maux de nos enfants, avons-nous un rôle si important dans leur vie, quel est l’impact de notre éducation, de ce que nous sommes dans la construction de notre enfant ?

 

-Première règle : Les enfants s’élèvent par imitation, c’est-à-dire qu’ils reproduisent ce qu’ils voient. Ce n’est d’ailleurs pas uniquement ce qu’ils voient chez leurs parents, il y a également toutes les personnes qui gravitent autour d’eux avec lesquelles ils sont en contact régulièrement qui vont impacter leur vision du monde et leurs façons de faire, etc…Je pense aux enseignants, aux grands-parents quand ils les voient régulièrement, à la nounou si c’est le cas, aux frères et sœurs qui accompagnent l’enfant et s’en occupent peut-être, et l’enfant étant une éponge qui absorbe beaucoup de choses, pour autant, il ne va pas être dans un copier-coller de ses parents à 100 %. Nous nous élevons tous avec une part d’opposition ; cela veut dire que l’on prendra des choses qui nous sembles bonnes, ou pas, de façon consciente ou inconsciente, que nous allons reproduire certaines choses, mais d’autres qui, ne nous correspondant pas, vont être abandonnées.

Votre enfant n’aura pas obligatoirement les mêmes valeurs que vous. Pour vous les valeurs de travail sont peut-être importantes et votre enfant, lui, vous voyant trop travailler, sera dans la démarche inverse avec un regard négatif sur le sujet. Peut-être choisira-t-il l’option de voyager plus tard, vivre sa vie et faire des expériences. Des enfants qui ont perdu leurs parents quand ils étaient jeunes ont pris cette conscience du temps qui passe et du précieux de la vie, ils vont avoir le désir d’avoir une vie différente de leurs parents, et le désir de profiter davantage.

 

-Deuxième règle : Les enfants ont leur libre arbitre, tout comme vous ! Vous n’êtes donc pas responsables de tout en tant que parents ! Nous essayons de leur donner le meilleur, mais nous n’y arrivons pas toujours. Nous faisons en fonction de nous-mêmes, mais les enfants ne prendront que ce qui leur convient.

Si vous pensez que dans les choses que vous transmettez il y a des choses qui vous gênent, dites-leur honnêtement que ce n’est pas une bonne chose, qu’ils ne doivent pas en faire un modèle, parce que vous-mêmes n’arrivez pas à vous en séparer.

Personnellement, je me souviens que mon père me disait : « quand j’étais jeune, je ne prenais pas conscience de l’importance d’étudier, ne fais pas comme moi, cela risque de te conduire à faire des boulots qui ne te plairont pas ! » On peut donc, aussi, en tant que parents, donner le contre-modèle, et le justifier surtout. 

Il faut donc faire attention.

 

-Troisième règle : Soyez un bon modèle pour vos enfants. Parce que sans le vouloir, nous injectons des choses à nos enfants, que ce soit de manière consciente ou pas.

Il est important de se poser la question de savoir ce que l’on veut qu’ils retiennent de nous, de notre éducation, de nos valeurs, et de prioriser ces valeurs.

Qu’avez-vous envie que vos enfants retiennent et incarnent dans leur propre parcours de vie ?

 

-Quatrième règle : Ne vous culpabilisez pas ! Je ne le répéterai jamais assez, vos enfants vont faire leurs propres choix. 

Est-ce que les parents de criminels sont des criminels ? Dans la plupart des cas, c’est non !

Est-ce qu’un adulte criminel a été un enfant avec un parcours aimant, bienveillant et sécurisant, la réponse est non également ! 

Oui, l’éducation détermine des choses, mais elle ne fait pas tout, l’enfant a son libre arbitre ; on le voit à l’adolescence où ils rejettent beaucoup de choses, ils veulent vivre leur vie à leur manière et s’opposent avec virulence parfois en disant : « tu as fait comme ça, moi je vais faire autrement », ils ont besoin d’exister par eux-mêmes, il faut les laisser faire leurs propres expériences.

Vous l’avez compris, la réponse à la question de ce jour de savoir si les parents sont responsables de tout, est non, les parents ne sont pas responsables de tout à 100 %, et quand bien même, auriez-vous transmis de mauvais modèles, dites-vous que votre enfant est tout de même libre de ne pas les reproduire. Il a cette liberté, même si, et je ne le dirai jamais assez, effectivement, quand on a injecté très tôt dans l’enfance des choses, il est difficile de s’en séparer, on le voit en tant qu’adulte, cela demande un travail psychologique, de développement personnel, pour s’en libérer !