Les situations les plus stressantes pour un enfant

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


Nous ne mesurons pas toujours l’impact du stress que peuvent engendrer certaines situations. Nous pensons toujours qu’un deuil, une séparation ou un divorce vont énormément perturber un enfant, et pourtant, il y a bien d’autres situations stressantes pour lui. 

C’est le sujet que nous allons traiter aujourd’hui, nous allons voir comment les détecter et les aborder, parce qu’en tant que parents, en tant qu’adultes, nous ne sommes pas toujours conscients de l’impact émotionnel que peuvent apporter certaines situations, et je peux vous dire que moi qui accompagne des adultes, qui ont été des enfants, c’est toujours dans leur passé que j’arrive à trouver le nœud qui les empêche de se réaliser à l’âge adulte, quel qu’en soit le domaine ; que ce soit dans leur couple, au niveau de leur carrière professionnelle qui a du mal à décoller, de leurs relations familiales ou amicales, du manque de confiance en eux, ou bien pour oser dire non quand c’est nécessaire pour leur équilibre.

Tous les obstacles, les limites et les empêchements que nous retrouvons à l’âge adulte viennent toujours d’une blessure du passé ! 

Toutefois, je tiens à préciser qu’avoir une blessure du passé ne veut pas forcément dire avoir subi un traumatisme. 

Une blessure du passé découle d’une émotion qui n’a pas été correctement entendue, accueillie, qui n’a pas été comprise et dont l’entourage n’a pas tenu compte ; c’est bien souvent le fruit d’une situation qui a été très stressante, parce qu’elle n’a pas été expliquée et explorée en son temps avec l’enfant, parce que l’entourage n’en a pas mesuré l’importance.

Nous allons explorer ensemble ces situations « stressantes » afin que vous puissiez les détecter et accompagner votre enfant dans de bonnes conditions.

 

-Première situation stressante : Le changement ! 

Ce qu’il faut savoir, c’est que chaque changement qui intervient dans la vie d’un enfant est stressant ! Même ceux que l’on considère comme positifs, je pense notamment, à un déménagement qui est dans la perspective de plus de confort, d’un mieux être pour toute la famille. L’enfant va peut-être avoir une chambre plus grande, il peut y avoir un jardin alors que vous étiez en appartement, mais malgré cela, tout changement, dont un déménagement, est très stressant pour lui. 

Vous l’avez constaté, les enfants sont très attachés à leurs habitudes, leurs rites, or, déménager va casser ce rythme, on va vers l’inconnu. Les habitudes les sécurisent, ils aiment que les choses soient toujours à la même place, que les gestes soient faits dans le même ordre et, lorsqu’on déménage, même s’il est content de la perspective d’une plus grande chambre ou d’un jardin, eh bien, au moment du déménagement, d’ailleurs ils n’osent pas en parler la plupart du temps, il perd ses repères, ses habitudes dans son quartier, etc…c’est bien souvent le cas pour les adultes aussi d’ailleurs. 

Il perd donc tous ses repères et il lui faut du temps pour en trouver d’autres et se reconstruire ailleurs. S’il s’en plaint et qu’il manifeste des signes, ne passez pas à côté, essayez de le comprendre et d’être en empathie avec lui : « je sais que c’est difficile pour toi, même si tu aimes beaucoup cette nouvelle maison, c’est un peu compliqué, car ce n’est pas organisé de la même manière, tu ne trouves pas tes repères encore dans le quartier, c’est tout à fait normal, moi aussi je ressens la même chose, mais tu vas voir, ça va venir ! » Si en plus le changement de logement s’accompagne de changement d’école, ne perdez pas de vue qu’alors le stress est plus important encore, car il y a une séparation qui s’opère avec ses copains et toute la vie de son quartier.

 

-Deuxième situation extrêmement stressante : L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur ! Surtout si l’enfant est l’aîné. Le premier enfant n’est pas habitué à vivre avec d’autres enfants, pas habitué à partager, il est le centre de l’amour et de l’attention de ses parents, et tout à coup, même s’il est content parce qu’on l’a préparé à la venue de ce petit deuxième, pour lui c’est stressant, car, il ne peut pas imaginer, et vous non plus d’ailleurs, l’ampleur du tsunami qui va se produire dans sa vie avec l’arrivée de ce bébé !

L’enfant voit l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, comme un compagnon de jeu, mais avant que ce compagnon soit celui de ses rêves, il va lui falloir attendre encore un bon moment avant que ce rêve se réalise. Le bébé qui vient de naître est complètement dépendant de son entourage, il va capter l’attention de tout le monde et surtout des parents, il va être le nouveau centre d’intérêt, et votre enfant va sentir qu’il perd quelque chose, qu’il va devoir partager l’attention de ses parents avec ce nouveau-né, et il n’est pas prêt à le faire ! J’ai fait une vidéo sur ce sujet, comment gérer l’arrivée d’un nouveau-né, je vous invite à la regarder si c’est votre cas, si vous attendez un autre enfant ; même si un autre enfant est déjà arrivé, il n’est jamais trop tard pour se pencher sur le sujet !

 

-Troisième situation extrêmement stressante : La rentrée des classes ! 

C’est une situation très, très stressante, même s’il à 8 ou 10 ans ! C’est déjà le cas lorsqu’il rentre dans les petites sections et que c’est la première rentrée, mais c’est aussi vrai plus tard. Il se pose mille questions : est-ce que je vais être encore avec mes copains, si l’année précédente, cela ne s’est pas très bien passé avec d’autres enfants, il craint de retomber sur les mêmes qui n’ont pas été très sympas, il redoute le futur maître ou la future maîtresse, parce que même s’il ne les a jamais eus, les autres racontent des choses qui inquiètent, du genre : celle-ci est très sévère, celui-là gronde beaucoup les enfants, etc…

C’est très stressant, et en tant que parents bien souvent on minimise lorsqu’ils nous disent qu’ils sont anxieux ; nous essayons de les rassurer en leur disant : « tu vas voir, ça va être génial, tu vas apprendre plein de choses, tu vas bien t’amuser », mais, ce n’est pas ce qu’il a envie d’entendre, ce qu’il attend, c’est de l’empathie, que nous le comprenions et prenions la mesure de son stress !

Pour cela, soyez patients, accueillez tout ça avec empathie et bienveillance et vous constaterez que les choses vont s’apaiser d’elles-mêmes.

 

-Quatrième situation extrêmement stressante : Le manque de limites, ou trop de limites ! 

Ne pas mettre assez de limites à un enfant, c’est ne pas tenir compte de son besoin de sécurité et de cadre. Un enfant ne peut pas être tout puissant, si c’est le cas, si c’est lui qui fixe les règles, ou si les règles bougent sans arrêt, si les choses ne sont pas assez claires et cadrées, votre enfant vit dans l’insécurité et donc dans le stress, cela va le rendre de plus en plus désagréable, il va repousser les limites au maximum, il ne pourra pas se reposer sur vous pour mettre ces limites, c’est pourquoi cela devient très stressant pour lui, mais il en est de même lorsqu’on est trop strict, trop rigide.

Il faut trouver un juste milieu entre les attentes trop ambitieuses des parents, ou des limites pas suffisamment claires et définies pour rassurer l’enfant.

 

-Cinquième situation très stressante : Écouter les informations avec votre enfant qui n’est pas loin !

Bien souvent, les parents ne sont pas conscients de cela, mais sachez que votre enfant, même s’il est dans sa chambre, entend ce qu’il se passe à côté. Vous l’avez sans doute constaté quand vous êtes au téléphone avec une copine et qu’il vous ressort deux jours après la conversation que vous avez eue avec elle, alors que vous le croyiez totalement occupé et absorbé par ce qu’il faisait à ce moment-là, voire, qu’il était dans la pièce d’à côté. Les enfants sont, non seulement des éponges, mais des machines à apprendre et dans leur jeune âge, les synapses se multiplient à la vitesse de l’éclair dans leur cerveau, ce sont donc des machines à apprendre et à absorber les informations et les intégrer.

Vous allez me dire qu’il devrait donc se rappeler tous les soirs de se brosser les dents ! Eh oui, mais hélas, on ne retient que ce qu’on a envie de retenir, nous sommes pareils en tant qu’adultes, notre mémoire est sélective ! 

C’est pourquoi j’insiste, les informations anxiogènes, et depuis 2020 cela ne manque pas avec cette épidémie de Covid, il faut faire très attention, le stress est augmenté chez les petits, de par cette situation qui fait peur chez les adultes et donc, chez les petits vous pouvez le concevoir. Chaque jour on compte les morts à la télé, on dénombre les cas d’hospitalisations, on parle de tremblements de terre, de catastrophes naturelles, d’inondations, etc…même si cela se produit à l’autre bout de la planète, votre enfant ne sera pas capable de relativiser, son cerveau n’est pas encore câblé pour ça à cet âge ; il ne peut pas mettre de distance entre ce qui se passe sur l’écran de télévision et ce qui se passe en réalité. Il peut craindre que cela arrive dans chez lui, dans sa maison.

Faites attention à ça, personnellement je vous encouragerais plutôt à ne pas trop écouter ce genre de choses, même pour vous, car sachez qu’elles vous impactent, j’ai d’ailleurs fait des vidéos là-dessus, et vous stressent, et ça, les enfants le ressentent aussi !