Le secret pour avoir des enfants obéissants

Avoir des enfants qui obéissent au doigt et à l’œil, et qui font tout ce qu’on leur dit de faire sans discuter. Qui ne répondent pas, n’argumentent jamais, ne font pas de bêtises… C’est le rêve de beaucoup de parents. Et si je vous disais que cela était possible, et même incroyablement facile à obtenir, me croiriez-vous ? C’est pourtant le cas… Il n’y a rien de plus facile à obtenir que des enfants dociles et obéissants. Mais est-ce vraiment ce que nous recherchons ? Rien n’est moins sûr…

Avoir des enfants obéissants, c’est facile !

Si vous persistez et que vous vous montrez de plus en plus dur, vos enfants finiront par obéir, par crainte des représailles
Je le sais, je risque d’en choquer plus d’un avec ces mots : il n’y a rien de plus simple que de faire obéir un enfant au doigt et à l’œil. N’allez pas imaginer une solution miracle que seuls quelques esprits chanceux ou éclairés connaîtraient… La méthode pour avoir un enfant obéissant est bien connue de tous. C’est même celle qui a été exclusivement utilisée chez nous pendant des millénaires, et qui est encore utilisée dans une grande majorité de cas… Il suffit simplement de faire peur à son enfant.

Fessées, cris, punitions, chantage… Il existe quantité de façon de faire peur à un enfant pour qu’il obéisse. Si vous frappez vos enfants, si vous criez sur eux très fort, si vous les punissez régulièrement, si vous utilisez les menaces, les récompenses, ou le chantage… cela marchera, vous pouvez me croire. C’est d’ailleurs la méthode qu’ont utilisée mes parents, et j’étais effectivement une enfant très docile et sage… Une véritable petite fille modèle.

Au début, les enfants se rebellent, mais croyez-moi, si vous persistez et que vous vous montrez de plus en plus dur, vos enfants finiront par obéir, par crainte des représailles et aussi pour ne pas perdre votre amour.

Pourquoi la peur fonctionne

Les clefs de votre passéLa peur est une émotion primaire très puissante, qui permet d’agir sur les individus de façon très efficace. Les dictateurs et autres chefs autoritaires du monde entier l’ont bien compris, et ce depuis des siècles. Agir sur la peur est probablement le meilleur moyen d’avoir à sa botte une population obéissante et servile.

Avec les enfants, agir sur la peur fonctionne également à merveille… Mais dans ce cas, les enfants n’obéissent pas pour coopérer, pour être agréable, ou pour faire plaisir. Ils obéissent simplement parce qu’ils sont effrayés des conséquences de leurs actes. Ils ont tellement peur qu’ils font ce qu’on leur demande sans discuter… mais ils ne comprennent jamais véritablement le sens des demandes. Un enfant qui obéit parce qu’il a peur le fait uniquement parce qu’il est terrorisé à l’idée d’être puni, terrorisé à l’idée de ne pas plaire à ses parents, terrorisé surtout à l’idée de perdre leur amour…



Rejoignez les milliers d’abonnés à la newsletter et recevez mon livre : 4 clefs pour ne plus crier et s'énerver

Que voulons-nous réellement ?

Un enfant terrorisé sera donc à coup sûr obéissant, mais à quel prix ? En tant que parent, je vous demande de vous interroger sur cette question en toute sincérité et en toute conscience. Si vous êtes tombé sur cette page, sans doute éprouvez-vous quelques difficultés à obtenir la coopération de votre enfant. Cela est tout à fait compréhensible. Éduquer son enfant est une tâche extrêmement complexe, qui demande des efforts et des questionnements quotidiens.

Éduquer son enfant est une tâche extrêmement complexe, qui demande des efforts et des questionnements quotidiens.
Mais je vous demande de regarder les choses avec calme et lucidité. Terroriser votre enfant, est-ce vraiment ce que vous voulez ? Voulez-vous un enfant simplement soumis ? Aimeriez-vous sincèrement un enfant qui vous obéit au doigt et à l’œil ?

Ne désirez-vous pas plutôt un enfant qui fait les choses parce qu’il vous comprend, parce qu’il a de l’empathie pour vous et pour les autres ? Ne préférez-vous pas un enfant qui agit par respect, plutôt que par peur ? Ne voulez-vous pas un enfant qui a envie de coopérer avec les autres ?

Si vous vous interrogez avec sincérité, les réponses à toutes ces questions ne font aucun doute. Or, cela doit être bien clair dans nos esprits : jamais la peur ne sera source de compréhension, d’empathie, de respect et d’entraide. La peur ne peut engendrer que de la peur et de la défiance.

De l’obéissance à la coopération

Le vrai secret pour avoir des enfants heureux, c’est de parvenir à les faire coopérer. Lorsque l’on arrive à faire en sorte qu’ils comprennent pourquoi il faut agir de telle manière et non autrement, pourquoi la violence ne règle rien, pourquoi les gros mots et les insultes blessent, pourquoi l’autre compte autant que soi… notre travail de parent est accompli.

L’enfant n’agit alors plus par peur, mais par respect. Il comprend enfin l’impact que peut avoir son comportement sur le monde qui l’entoure. Il n’agit plus parce qu’il faut le faire, ou simplement parce qu’une règle lui est dictée par un adulte… mais parce qu’il a pris conscience de l’importance de son comportement et des conséquences qu’il peut avoir.

Toutes les études montrent que l’on obtient davantage d’un enfant lorsque celui-ci est entouré de bienveillance et d’amour.
Alors, il y en a encore (et c’est peut-être votre cas) qui croient que les punitions et autres sanctions sont nécessaires. Qu’elles aident l’enfant à prendre conscience de ses actes et qu’ainsi il sera plus enclin à coopérer et à revoir son attitude. C’est faux ! Toutes les études montrent que l’on obtient davantage d’un enfant lorsque celui-ci est entouré de bienveillance et d’amour. Les violences éducatives génèrent un stress important chez l’enfant et celui-ci annihile ses capacités d’apprentissages. Pour appuyer mon propos, je ne résiste pas à vous citer un extrait du livre de Céline Alvarez « Les lois naturelles de l’enfant (https://amzn.to/2Bv2EHD)» : Notre bienveillance nourrit le développement cérébral de l’enfant de manière extraordinaire. Lorsque nous avons une attitude bienveillante, chaleureuse, affectueuse avec l’enfant, les neurones de son hippocampe foisonnent alors de nouvelles connexions neuronales : mémoire, ainsi que ses capacités d’apprentissage se développent de façon considérable. Mais ce n’est pas tout.

(…) Notre bienveillance génère chez l’enfant un développement de ses capacités morales et empathiques. Elle déclenche également l’ocytocine dans son cerveau. L’ocytocine favorise l’empathie, l’attachement, le lien et la confiance. (…)

La bienveillance n’est donc pas une option pédagogique. Il s’agit d’un véritable catalyseur d’épanouissement.

On peut en conclure que plus nous nous montrons bienveillants avec nos enfants et plus cela favorise leurs apprentissages, qu’ils soient scolaires ou pas !

Bien sûr, il y a un prix à payer pour cela. Cela demande des efforts quotidiens, et une certaine dose d’abnégation. Mais s’il est clair dans notre esprit que la peur ne résout rien, et que seule la compréhension peut amener du bonheur dans le foyer, ce processus peut se faire en douceur et même dans la joie. Plus important encore, l’amour est enfin là. L’amour que le parent porte à ses enfants, bien sûr, mais aussi l’amour que l’enfant porte à ses parents ! Une fois la peur envolée, la confiance peut enfin s’exprimer librement… Et cela vaut tous les efforts du monde.  

Avoir des enfants obéissants, cela est à la portée de n’importe qui. Avec des fessées, des punitions, du chantage et des cris… Terrorisez vos enfants et ils vous obéiront. Mais à quel prix ? Pour avoir un foyer en paix, où règnent l’amour, le respect et la confiance, il n’y a pas de solutions miraculeuses. Il faut avoir le courage d’accompagner son enfant sur la voie de l’empathie et de la compréhension. Certes, cela demande des efforts, mais c’est la seule façon d’avoir des enfants heureux, et d’être véritablement en paix avec soi-même.