Comment gérer la colère de nos enfants ?

Les enfants débordent d’émotion. Joie, tristesse, colère… tout est décuplé ! Être spectateur de ces pics émotionnels est parfois déroutant pour un parent, surtout lorsqu’il s’agit de colère. Lorsque son enfant hurle, pleure, frappe ou mord, il est difficile de réagir de la bonne manière. Rassurez-vous, il est toujours possible de gérer efficacement, mais avec bienveillance, la colère de son enfant. J’ai créé pour cela une méthode en 5 étapes que je suis heureuse de partager avec vous.

ÉTAPE 1 – Mettre des mots sur la colère

Lorsqu’un enfant réagit vivement à quelque chose, et qu’il entre dans une crise de colère, c’est parce qu’il ressent de la frustration. Cette frustration crée un stress qui l’empêche de relativiser la situation. Étant trop petit pour exprimer son ressenti, il se voit dans l’obligation de simplement réagir à ce qui lui arrive.

La première chose à faire est donc de mettre des mots à la place de l’enfant sur ce qu’il ressent. Commencez par constater la colère de l’enfant. Dites simplement quelque chose comme « Tu es en colère ».

Les clefs de votre passé

Ensuite, exprimez le pourquoi de cette colère. Par exemple s’il fait une scène dans un supermarché parce que vous avez refusé de lui acheter quelque chose, dites-lui quelque chose comme « Tu es en colère parce que je ne veux pas acheter de bonbons ».

Mettre des mots sur la situation lui permettra de comprendre ce qu’il vit, car cela n’est pas évident pour lui. N’oubliez pas, votre enfant ne se met pas dans un tel état pour vous manipuler ou pour vous faire souffrir, mais simplement parce que l’émotion et le stress l’envahissent. Dans mon article : « Comment gérer les crises et accueillir les émotions de nos enfants ? » vous aurez plus de détails.

ÉTAPE 2 – Reconnaître la raison de la colère

La deuxième étape de ma méthode consiste à reconnaître et à comprendre la raison de la colère de votre enfant. Attention, il ne s’agit bien évidemment pas de tout accepter ! Il s’agit simplement de reconnaître ce qu’il vit afin qu’il puisse, la prochaine fois, identifier ce qu’il ressent, ce qu’il se passe lorsqu’il est en colère, et pourquoi il agit de la sorte.

Pour poursuivre l’exemple des bonbons, dites par exemple « Je comprends que tu sois en colère. Tu voulais des bonbons et tu es triste que je ne veuille pas en acheter. C’est frustrant. C’est normal ».

 

Rejoignez les milliers d’abonnés à la newsletter et recevez mon livre : 4 clefs pour ne plus crier et s'énerver

ÉTAPE 3 –  Accueillir avec bienveillance

Cette troisième étape risque d’être assez difficile à suivre au début, mais elle est essentielle.

Le premier réflexe naturel face à ce genre situation est souvent de gronder, de sanctionner ou de faire les gros yeux à son enfant. La pression sociale est là, et une grosse colère est souvent anxiogène pour le parent, surtout devant des témoins. Mais en se mettant en colère à son tour, on ne fait qu’alimenter la colère et le mal-être de l’enfant.

S’abstenir de condamner, de juger, et de rabaisser l’enfant
Il faut donc prendre sur soi afin d’accueillir avec bienveillance l’émotion de l’enfant. Encore une fois, il ne s’agit surtout pas de cautionner le comportement inapproprié de l’enfant. Il s’agit simplement de s’abstenir de condamner, de juger, et de rabaisser l’enfant. Il faut éviter à tout pris de dire de l’enfant qu’il n’est « pas gentil », qu’il est « méchant », et éviter tout autre jugement qualitatif. Il faut se contenter de constater l’émotion tout en cherchant à l’expliquer.

ÉTAPE 4 – Éviter de gronder et de punir l’enfant

La quatrième chose à faire en cas de colère de l’enfant est d’éviter à tout prix de le gronder et de le punir. Je ne vais pas vous mentir, il est vrai que les punitions et les méthodes similaires peuvent donner des résultats. L’enfant, pris de peur, n’osera plus reproduire un tel comportement à l’avenir… Mais il n’aura pas du tout compris ni intériorisé la situation et encore moins son émotion.

Il faut plutôt accompagner l’enfant vers la compréhension de soi et de l’autre, et finalement à la bienveillance. Car en réagissant violemment à la colère de votre enfant, vous lui apprenez que répondre à la colère par la colère est acceptable et approprié ! N’oubliez pas, un enfant fait avant tout ce qu’il voit faire, et non pas ce qu’on lui dit de faire. Dans cette situation difficile, veillez au maximum à être un modèle pour votre enfant.

ÉTAPE 5 – Trouver la raison profonde de la colère

Bien souvent, l’élément déclencheur de la colère n’est que la partie émergée de l’iceberg. En général, une colère aussi grande montre un besoin de l’enfant qui n’est pas comblé.

En général, une colère aussi grande montre un besoin de l’enfant qui n’est pas comblé.
Pour découvrir la raison profonde de la colère, le mieux est de la chercher avec lui. Peut-être est-il fatigué, peut-être a-t-il vécu quelque chose de difficile dernièrement, à l’école ou ailleurs, peut-être avait-il besoin d’être rassuré, ou de se détendre ? En cherchant avec curiosité et bienveillance les raisons profondes de la colère, on se donne les moyens de mieux comprendre son enfant et de réduire au maximum les situations difficiles.

Après la colère

Une fois la crise de colère passée, il faut maintenant tourner la page définitivement. Cela permettra à votre enfant de clore cet événement difficile tout en en tirant des leçons vitales en matière de connaissance de lui-même et de ses émotions.

Pour cela, le plus simple est sans doute de l’inviter à dessiner à propos de sa colère et de l’événement qui vient de se dérouler. Qu’il s’agisse d’un gribouillage abstrait ou d’une scène plus réaliste… peu importe le dessin effectué. Une fois le dessin terminé, invitez votre enfant à le rouler en boule et à le jeter loin de lui, ou bien à le déchirer. Ce geste symbolique l’aidera à mieux digérer cet événement et à en tirer toutes les leçons possibles. Et si vous avez du mal à accepter et à comprendre les émotions de vos enfants, c’est parce que vous avec du mal à gérer vos propres débordements émotionnels. Pour cela, lisez l’article : « Comment ne plus crier ? » Aider son enfant à libérer ses émotions est le travail de toute une vie ! Aidez-le à démarrer sur de bonnes bases.

Non, un enfant en colère ne fait pas une « crise » et ne cherche pas à faire souffrir ses parents. Il fait simplement une réaction face à une émotion qui le submerge, et qu’il ne parvient pas à exprimer correctement. Il est essentiel de l’accompagner avec bienveillance dans cette tâche, pour lui apprendre à gérer ses émotions sainement.

2 réponses
  1. Edward Amadi
    Edward Amadi dit :

    Bonjour

    Effectivement un enfant en colère exprime tout simplement ces émotions partant du fait que ces émotions dominent sur sa raison. Nous parents notre but est de lui apprendre comment le gérer et la meilleur de manière est de comprendre pourquoi ce pic émotionnel pour mieux l’aider.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *