Mon enfant est homosexuel. Que faire?

Aujourd’hui, j’aimerais aborder avec vous un thème un peu particulier, mais qui me tient à cœur : l’homosexualité. Certains parents sont dévastés lorsque leur enfant leur annonce qu’il est homosexuel. Je comprends cette réaction… Il s’agit d’un sujet encore tabou et difficile à aborder sereinement. Faire face à cette réalité n’est pas aussi simple qu’on pourrait parfois le penser. Pourtant, en leur confiant son homosexualité, un enfant fait à ses parents un cadeau qui n’a pas de prix.

Une merveilleuse preuve de confiance

Si vous lisez ces lignes parce que votre enfant vous a annoncé qu’il était homosexuel, il y a une chose que j’aimerais vous dire : en vous confiant son homosexualité, votre enfant vous a fait un cadeau merveilleux. Il vous a prouvé toute la confiance et tout l’amour qu’il vous porte.

Vous pensez que j’exagère ? Regardez un peu les choses en face ! Voyez comme cette nouvelle vous chamboule. Voyez comme l’homosexualité est encore taboue, et comme cela est encore loin d’aller de soi. Maintenant, essayez un peu d’imaginer ce que doit affronter votre enfant depuis plusieurs mois… peut-être même depuis des années. En franchissant le pas et en décidant de vous confier son homosexualité, votre enfant a fait preuve d’un courage immense. Beaucoup d’enfants, encore aujourd’hui préfèrent taire ce qu’ils ressentent et redoutent d’en parler.

Les clefs de votre passé

Peut-être aviez-vous constaté qu’il était soucieux ou perturbé depuis quelque temps. En mettant des mots sur ses maux, votre enfant a décidé de sortir de l’impasse en vous demandant votre aide ! Quelle plus belle preuve d’amour et de confiance pouviez-vous espérer ?

Vous pouvez être fier de vous et de lui. Certains enfants, par peur d’annoncer la nouvelle à leurs parents, et perturbés par ce qu’ils ressentent, se rejettent eux-mêmes et en viennent à adopter des comportements à risque. Cela peut aller jusqu’à l’autodestruction, parfois même jusqu’au suicide… Quelle chance vous avez de pouvoir éviter de tels désastres !

Accueillir ses émotions et ses questionnements

Même si la société a beaucoup évolué ces dernières années, l’homosexualité reste encore un sujet difficile à aborder.

Mais parlons de vous. Honte, tristesse, culpabilité, peur… mais aussi fierté, amour et compassion. Il est tout à fait normal de ressentir des émotions violentes et contradictoires dans votre situation. Il est également légitime de se poser des questions. Vous n’aviez pas prévu cela, et cette nouvelle vient remettre en cause vos projets et vos certitudes. Il n’est pas étonnant que vous soyez un peu « assommé » suite à cette annonce. Il faut simplement un peu de temps à votre cerveau pour s’adapter à la situation, et pour se créer une nouvelle réalité, de nouvelles projections et un nouvel imaginaire !

Il est tout à fait normal de ressentir des émotions violentes et contradictoires dans votre situation.
Nous avons tous des projections, conscientes ou non, concernant l’avenir de nos enfants. Une telle nouvelle a de quoi nous plonger dans l’incertitude. Accueillez donc simplement vos émotions, acceptez d’être dans l’incertitude, et détendez-vous autant que possible. Avec le temps, vous retrouverez votre stabilité, n’en doutez pas.

Acceptation et lâcher-prise

Une chose est certaine : il est inutile de chercher des causes à l’homosexualité de son enfant. Votre enfant est né homosexuel, un point c’est tout. Certains parents se torturent et se demandent ce qu’ils ont bien pu faire pour que leur enfant devienne homosexuel. Cela est absurde ! L’homosexualité est simplement une préférence sexuelle, qui fait partie de l’identité de votre enfant. Ce n’est ni un choix ni un « accident » imputable à votre éducation. Encore moins une malédiction…

Rejoignez les milliers d’abonnés à la newsletter et recevez mon livre : 4 clefs pour ne plus crier et s'énerver

Soyez-en certain, si votre enfant avait pu choisir, il serait devenu hétérosexuel. Cela lui aurait évité bien des soucis, bien des souffrances, bien des rejets et bien des moqueries… Parce que oui, on l’oublie trop souvent, mais votre enfant, très jeune, est lui aussi confronté à des propos homophobes, il sait qu’il risque les quolibets et les moqueries. Il ne choisit pas l’homosexualité pas plus qu’il n’a choisi de préférer les bananes aux pommes !

Si votre enfant avait pu choisir, il serait devenu hétérosexuel.
Si votre enfant vous a confié son homosexualité, il vous a fait un énorme cadeau. Ne pourriez-vous, à votre tour en faire autant ?

Que vous soyez d’accord ou pas, choqué ou pas, bouleversé ou pas, rien de ce que vous pourriez dire ou faire ne pourra changer cet état de fait. C’est pourquoi il vous faut accepter cette situation pour vous reconnecter au mieux à votre enfant. Acceptez-le tel qu’il est. Pour cela, gardez en tête que votre enfant est homosexuel, mais qu’il reste le même enfant qu’il a toujours été, avec toutes ses qualités, toute sa personnalité, toute sa singularité.

Votre enfant n’a pas changé, il reste celui que vous aimez et l’amour d’un parent ne devrait jamais être conditionnel, ne trouvez-vous pas ?

Le choix du bonheur

Je ne vais pas vous mentir… Il n’est pas tous les jours simple d’être homosexuel ni d’être parent d’un enfant homosexuel. Aujourd’hui encore, les homosexuels et leurs parents doivent faire face à l’homophobie, au rejet, et parfois à la violence. Votre rôle de parent est d’accompagner votre enfant dans l’acceptation de ce qu’il est. Vous devez également l’aider à faire face aux discriminations en gardant la tête haute et le cœur aussi léger que possible.

Votre rôle de parent est d’accompagner votre enfant dans l’acceptation de ce qu’il est.
Mais j’ai envie d’aller plus loin que cette réalité : et si en vous confiant son homosexualité, votre enfant vous avait permis d’emprunter pour de bon le chemin du bonheur ? J’ai conscience que cette phrase a de quoi choquer, et pourtant… Par sa confiance, votre enfant a posé les bases d’une nouvelle relation avec vous, et d’une nouvelle vie. Par son courage, il a osé dire non à la souffrance, aux non-dits et aux faux-semblants. Il vous donne l’occasion de tout remettre à plat, et de bâtir une existence nouvelle, entièrement tournée vers la confiance, l’acceptation de ce qui est et l’écoute de l’autre. Profitez-en.

Parce que je me sais lue par des enfants, des adolescents ou de jeunes adultes qui s’interrogent et se questionnent sur leur homosexualité et que le titre de cet article risque (comme c’est arrivé sur ma vidéo éponyme) de les attirer parce qu’ils se posent des questions. Alors à toi qui redoute de parler, à toi qui as peur du rejet et de la discrimination, à toi qui craint les moqueries et surtout à toi qui est tellement angoissé du regard des autres je voudrais dire que tu es normal, merveilleux. Que toi aussi tu n’es pas responsable de cela, que tu ne peux qu’accepter qui tu es et tant pis si les autres ne comprennent pas. Le monde est plein de gens qui souffrent et qui n’ont rien trouvé d’autre pour s’en débarrasser que de s’en prendre à ceux qui sont différents.

La différence, ta différence c’est ce qui fait qui tu es. Accepte et assume qui tu es et, n’en parle pas si tu ne t’en sens pas capable, mais ne cherches jamais à être ce que les autres attendent de toi. Cela ne les rendra pas plus heureux et d’ailleurs tu n’es pas responsable du bonheur des autres car c’est toi qui te rendrait malheureux.

Respect de soi, émancipation, responsabilité… En affichant son homosexualité, votre enfant vous montre la marche à suivre. La meilleure manière de recevoir ce cadeau est de chercher à devenir aussi courageux que lui. Guidez-le à votre tour, en lui indiquant la voie du lâcher-prise, de la bienveillance et de la joie de vivre. En tant que parents, nous avons tous le même but… avoir des enfants heureux. Et pour cela, il n’y a finalement qu’une recette : les accepter et les aimer comme ils sont. Vous avez désormais un rôle majeur à jouer dans la société. Pour faire évoluer les mentalités dans le bon sens, montrez que quoi qu’il arrive, vous aimerez toujours votre enfant, et que vous serez toujours fier de lui. Vous éviterez ainsi bien des souffrances aux générations futures.

Et n’oubliez jamais qu’il n’y a qu’une façon d’aimer son enfant : inconditionnellement !