Comment gérer ses émotions ?

De la tristesse à la joie… De l’agressivité à l’empathie… De la colère à la gratitude… Les émotions négatives, tout comme les émotions positives, sont le lot de tous les êtres humains, dès les premières années de leur vie… Elles sont parfois inconscientes, mais explosives… Et peuvent aussi, être conscientes, mais réprimées… 

Mais alors, que faut -il faire de ce flot de pensées et de ressentis qu’elles engendrent ? Est-il bon d’extérioriser ses sentiments ou vaut-il mieux absorber les émotions pour qu’elles n’atteignent personne d’autre que vous ? 

L’intelligence émotionnelle existe-t-elle vraiment et peut-on avoir une bonne gestion de ses émotions ?

La solution se trouve dans la vacuité de ce qu’elles sont et dans la prise de conscience de ce que vous êtes…

Les émotions passent et trépassent.

On ne choisit pas d’avoir peur, d’être ému ou de se fâcher… C’est un réflexe provoqué par un stimulus, comme un événement soudain, une parole ou la vue d’une personne… Mais une fois que la situation a changé, que les mots ont été entendus ou que la surprise est passée : qu’en est-il de cette émotion ressentie ? 

On ne choisit pas d’avoir peur, d’être ému ou de se fâcher
Vous l’avez peut-être entretenue quelque temps en ruminant les mauvais mots qu’on a prononcé à votre encontre, ou en vous remémorant l’angoisse qui vous a submergée durant un instant… Mais, après cette période réfractaire, votre intelligence émotionnelle a fait comme vous : elle est passée à autre chose !

C’est pourquoi il ne sert à rien de chercher à se débarrasser d’une émotion et encore moins d’essayer de la faire taire, mais d’apprendre à gérer ses émotions pour ne plus en être affecté ou en affecter les autres.

Accueillir les émotions

Qu’elle soit négative ou positive, une fois que l’on a conscience de la vacuité d’une émotion, on peut l’accueillir beaucoup plus sereinement. Comme si, quelqu’un que vous n’appréciez pas du tout rentrait chez vous : vous êtes content de le savoir partir bientôt, tout en sachant qu’il va falloir l’aider un peu… Ou un ami, que vous aimez fortement : vous le recevez avec bonheur tout en sachant qu’il devra s’éclipser à un moment donné… 

Accepter d’être pris par l’émotion, en être conscient, pour la laisser s’exprimer de manière juste et rationnelle.
Accueillir les émotions, c’est ne plus se laisser submerger par l’intrus désagréable ou le proche aimant, mais prendre le temps d’ouvrir sa porte à ce que l’on ressent, sans plus d’anxiété que d’addiction. Accepter d’être pris par l’émotion, en être conscient, pour la laisser s’exprimer de manière juste et rationnelle.

Or, ce que nous faisons habituellement, c’est d’essayer de contrôler nos émotions. Nous aimerions avoir une maitrise émotionnelle. C’est impossible !

La première étape, si l’on souhaite avoir une gestion émotionnelle efficace, consiste à reconnaître l’émotion pour ce qu’elle est : une messagère.

Identifier et canaliser les émotions.

Pour apprendre à gérer ses émotions en donnant congé à un intrus désagréable ou en profitant sereinement de la visite d’un bon ami, il faut avant tout reconnaître l’émotion qu’on vient d’accueillir afin de savoir ce qu’il est bon d’en faire… Pourquoi ai-je envie de pleurer : est-ce de la tristesse, de la peur ou de la joie ? Qu’est-ce qui me rend irritable : de la colère, de la jalousie ou de l’amertume ? 

Mais attention, reconnaitre ses émotions, ce n’est pas les juger, ou vous juger !  Il n’est pas question de remplacer son quotient émotionnel par de la culpabilité. Car si on peut se reprocher un geste ou une parole maladroite, et s’en excuser : on ne peut se réprimander d’avoir tel ou tel ressenti ! Que doit être la vie pour qui ne ressent aucune émotion ? 

Au contraire, vous devez vous sentir fier de pouvoir l’apprivoiser, de sentir l’émotion sans qu’elle ne vous envahisse et de la regarder en pleine conscience sans qu’elle ne vous contrôle. C’est par un tel accomplissement de confiance en soi que vous pourrez réguler et canaliser vos émotions.

Et surtout, ne croyez pas qu’il existe des émotions négatives et des émotions positives, c’est une erreur. La réalité est toute autre, les émotions sont passagères et toujours utiles, car elles nous renseignent sur les besoins que nous avons besoin de combler, comme je le dis dans cet article (Ecouter son corps et ses messages). C’est pourquoi il est impératif de comprendre qu’il y a juste des émotions plus agréables que d’autres.

Mieux vivre ses émotions. 

La relaxation et le lâcher-prise sont les clefs pour libérer les émotions qui nous traversent et leur permettre sans les contrôler, de les laisser aller. En faisant cela, on ressent immédiatement un mieux-être.
Résister à une émotion la renforce, l’accueillir la libère en douceur. En étant bienveillant avec soi-même, en ayant de la gratitude pour le message qui est délivré et en ayant confiance en soi et en la vie, l’émotion se dissout.

Lorsqu’on croule sous le poids des préoccupations extérieures, on associe constamment nos émotions à la situation présente et notre vision de la réalité est tronquée.  Il est donc important de lâcher prise, en se rappelant de leur vacuité, et de prendre le temps d’une respiration introspective pour laisser vivre l’émotion en vous, sans qu’elle ne vous domine. (Voir l’article « vivre pleinement ses émotions »)

Puis, l’esprit ainsi libéré, vous saurez intuitivement appréhender une surcharge émotionnelle ou exprimer vos sentiments avec justesse.  

Ce qui est merveilleux avec les émotions c’est qu’elles nous focalisent, elles nous ébranlent, mais nous sommes libres de réagir à tout ce qui se présente par la suite !

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Travailler sa communication

Afin de s’ouvrir à l’autre et d’aborder les choses le plus efficacement possible, il est également essentiel de travailler sa communication. Comprendre le langage non verbal, et savoir déchiffrer la langue mystérieuse des émotions est, comme nous l’avons vu, un talent précieux. Mais nous sommes aussi des êtres de langage. Maîtriser au mieux cet outil à la fois merveilleux et dangereux peut littéralement vous changer la vie.

Le langage est un domaine qui me fascine, et que toute personne souhaitant évoluer sur le chemin du développement personnel devrait étudier. Dans plusieurs articles précédents, nous avons évoqué plusieurs pistes pour progresser à ce sujet.  

Si cela n’est pas déjà fait, en parcourant mes pages, vous pourrez apprendre à exprimer vos besoins sans blesser l’autre, à vous affirmer et à dire non en toute sérénité… Vous verrez également comment dire les choses, et même LA chose la plus difficile à exprimer. 

Tout cela n’est pas accessoire. Je vous promets qu’en travaillant sur votre communication, vous vous faciliterez grandement la vie… Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !

La positive attitude !

Adopter une « positive attitude » change la vie dans tous les domaines
On a beaucoup raillé la chanteuse Lorie, et à sa suite l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin pour avoir vanté les mérites de la « positive attitude ». Il est vrai que la chanson s’adressait avant tout aux adolescents, et que ses qualités musicales ne sautaient pas aux yeux. Il est vrai aussi que voir un homme d’État reprendre les paroles de cette chanson pour ados avait de quoi faire sourire… Pourtant, je suis d’accord avec eux sur ce point. Adopter une « positive attitude » change la vie dans tous les domaines, et tout particulièrement dans la résolution des conflits.

Adopter la positive attitude permet avant tout d’aborder les conflits comme des choses toutes naturelles, et inévitables dans les relations humaines. On évite ainsi de dramatiser les situations, et on les aborde le plus sereinement possible.

Plus important encore : il est impossible de pardonner si l’on a pas fondamentalement confiance en soi et en la vie. Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de vivre une situation de conflit sans blesser l’autre et sans être blessé soi-même. Savoir tirer un trait là-dessus, parier sur la grandeur de l’autre, lui montrer notre estime en trouvant la force de pardonner, c’est se donner l’opportunité de repartir sur des bases plus solides.

Les conflits sont inévitables. Jamais nous ne pourrons grandir en restant dans l’évitement. Mes méthodes ne sont pas miraculeuses, et elles demandent un certain courage : courage de comprendre, courage de s’ouvrir, courage de travailler sur soi, et courage d’être positif… Mais sans ce courage, chaque conflit est condamné à rester stérile et à enfermer chacun dans ses positions. 

Ce courage, qui existe déjà en vous, changera radicalement la donne. Il fera de chaque conflit une nouvelle opportunité : celle de mieux vous connaître et d’aller vers les autres pour bâtir des relations solides, vraies, et bénéfiques pour tous.