Quand il devient difficile de supporter sa famille

Nous vivons avec notre famille des relations passionnelles, mêlées d’amour et de tendresse, mais aussi de colères et d’incompréhensions. Depuis toujours à nos côtés, les membres de notre famille ont façonné notre personnalité et notre vécu… Mais les fréquenter au quotidien s’avère parfois pesant. La familiarité rend moins prévenant, et les proches doivent éponger les mauvaises humeurs et supporter les petits défauts de chacun.

Mais rassurez-vous, il n’y a rien d’irrémédiable ! Avec le bon regard, on peut facilement pacifier le quotidien, tout en apprenant à supporter sa famille.

Préserver sa famille

Le foyer est un endroit rassurant, où l’on se sent généralement compris et en sécurité. Cela est une bénédiction, et l’on devrait remercier la vie de nous avoir offert ce lieu qui nous assure partage et tendresse quotidienne.

Les clefs de votre passé

Malheureusement, on prend souvent ce fait pour un acquis, et l’on n’accorde pas à sa famille tout le soin et toute l’attention qu’elle mériterait.

Songez-y : avec les étrangers, nous sommes plein de bienveillance ! Nous cachons nos défauts et tâchons au maximum de faire bonne impression. Avec la famille, au contraire, nous ne craignons pas de déranger l’autre. Que l’on ait mal dormi la nuit précédente, qu’un problème au travail nous trotte dans la tête, ou que la faim nous rende irritable… la famille doit supporter notre mauvaise humeur et nos petites piques assassines.

Et si le plus urgent était d’apaiser le climat général au sein du foyer ? Pour cela, se souvenir de sa chance, et veiller à épargner à ses proches ses sautes d’humeurs et ses petits défauts est un bon départ.

C’est certain, préserver un peu votre famille et pacifier le climat général aidera vos proches à faire davantage d’efforts en votre présence.

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Supporter ses parents et supporter ses frères et sœurs

On choisit ses amis, pas sa famille ! 

Les relations les plus passionnelles se vivent peut-être avec nos parents, ainsi qu’avec nos frères et sœurs. Ce sont eux qui nous ont vu grandir, et qui connaissent ou croient connaitre nos moindres défauts. Nous aussi, nous les connaissons sans doute un peu trop bien. Petits travers, habitudes dérangeantes, défauts en tout genre, mais aussi forces cachées et qualités remarquables… Nous savons tout !

Aussi est-il particulièrement difficile de les voir reproduire quotidiennement  tous ces mécanismes que nous ne supportons plus. Nous leur avons dit tellement de fois qu’ils nous dérangeaient !

Le plus difficile pour supporter ses parents et ses frères et sœurs est d’accepter que, même si nous les connaissons par cœur, ils resteront toujours des individus à part entière. Nous les comprenons et nous les aimons… mais nous ne sommes pas là pour les changer ! Même lorsque leur comportement semble aller à l’encontre de leur épanouissement personnel.

Accepter l’altérité, et prendre le parti d’accompagner l’autre dans sa différence est un changement de point de vue radical. Il vous aidera à supporter votre famille et à bâtir avec elle une nouvelle relation plus apaisée, mais aussi plus profonde.

Supporter son conjoint

Avec le conjoint, le changement de point de vue à adopter est assez similaire. Mais, c’est une évidence, les relations avec le conjoint ne sont pas les mêmes qu’avec nos parents. Notre conjoint, nous l’avons choisi. Notre relation avec lui a beau être centrale, elle pourrait très bien s’arrêter du jour au lendemain… Et cette réalité peut rendre les petits défauts du conjoint insupportables, en particulier dans les moments de doutes.

Cuvette des toilettes abaissée ou relevée, bruits de mastication, petites blagues trop souvent répétées, oublis divers… Autant de peccadilles insignifiantes lorsqu’elles viennent d’un étranger, mais qui prennent des proportions énormes lorsqu’elles sont le fait du conjoint.

Pour supporter son conjoint plus facilement, il faut refaire quotidiennement le choix conscient de partager sa vie avec lui. Régulièrement, rappelez-vous pourquoi vous avez choisi de vivre avec cette personne. Remémorez-vous ses qualités, vos moments de complicité, et tout ce qu’il vous apporte au quotidien.

Refaire quotidiennement le choix de vivre avec son conjoint, et remercier la vie de l’avoir mis sur notre chemin, permet de mettre en perspective tous ses petits défauts et de trouver de la richesse dans son altérité. Non, notre conjoint ne pense pas et ne vit pas comme nous, et c’est heureux ! Sa différence peut le rendre un peu difficile à vivre parfois… mais sans cela, il n’y aurait aucun intérêt ni aucune richesse à notre relation !

N’oublions pas non plus, que l’autre peut également avoir du mal à supporter certaines de nos attitudes. Nul n’est parfait !

L’amour de soi est le chemin qui conduit inévitablement à l’amour de l’autre.
C’est un challenge immense que d’accepter l’autre et l’aimer tel qu’il est et si nous avons tant de mal à l’aimer inconditionnellement c’est justement parce que nous avons du mal à nous aimer de cette manière. L’amour de soi est le chemin qui conduit inévitablement à l’amour de l’autre.

Supporter ses enfants

Avec ses enfants, la tâche est peut-être encore plus ardue, car la relation est fondamentalement différente. Il est déjà assez difficile de tolérer les défauts d’un parent ou de son conjoint, alors comment apprendre à accepter ceux d’un enfant que l’on doit en parallèle éduquer et protéger ?

Dans l’éducation, la frontière est parfois mince entre ce qui dépend de nous et ce qui relève de la personnalité propre de l’enfant. D’autant que nous projetons chez lui beaucoup de rêves et d’espoir ! Le voir prendre des chemins différents de ceux que l’on espérait, et ressembler un peu trop au conjoint ou aux grands-parents peut agacer, et même blesser parfois.

Accepter les différences de ses enfants, et surtout savoir faire la part des choses entre ce qui dépend de soi et ce qui n’en dépend pas, c’est aussi ça, être parent.
Accompagner son enfant dans son épanouissement personnel et dans la découverte de soi-même est un travail passionnant, qui offre chaque jour ses récompenses. Bien sûr, cela n’est pas simple, mais il n’y a rien de plus gratifiant. Accepter les différences de ses enfants, et surtout savoir faire la part des choses entre ce qui dépend de soi et ce qui n’en dépend pas, c’est aussi ça, être parent.

…Pour apprendre à faire la part des choses entre ce qui dépend de vous ou non, et retrouver quelques méthodes pour vous accompagner dans l’éducation de vos enfants, je vous invite à consulter tous mes articles à ce sujet.

Difficile de supporter sa famille au quotidien. Plus on se connaît, moins on prend de pincettes… et plus l’autre devient la cible de nos petits travers et de nos sautes d’humeurs. En prendre conscience est un premier pas vers l’apaisement des relations. Ensuite, accepter que l’autre sera toujours différent de soi, et que cela est une chance… faire le choix d’accompagner l’autre dans son épanouissement propre, et ne plus chercher à le changer systématiquement… Voilà sans doute la clé pour apprécier l’autre tel qu’il est, et pour supporter plus facilement de vivre au jour le jour avec lui.

6 réponses
  1. Brigitte
    Brigitte dit :

    Bonjour Noémie, cet article m’interroge sur l’explosion des couples qui se séparent. Serait-ce , à cause de cet amour de soi, si difficile à s’accorder inconditionnellement ? Mais quand le conjoint accorde ni attention ,ni soin à sa famille,( et, ce , dès le plus jeune âge des enfants) , n’accorde sa bienveillance qu' »aux étrangers », refuse de participer à la vie de famille ? il nous renvoie à notre propre amour de soi? et, pour les enfants qui, plus grands, vivent avec le sentiment d’ abandon : a quoi cela renvoie t’il? et , qu’en est-il de ces couples qui explosent pour infidélité ? toujours l’amour de soi?…..sujet de société , à développer lors des rendez vous coachings développement personnel ?

    Répondre
    • Noémie
      Noémie dit :

      Brigitte, qui a choisi ce père pour ses enfants ? Ce que tu attires est là pour te montrer ce que tu dois travailler. Que le père ne soit pas présent et aimant pour ses enfants est son problème à lui, pas le tien. C’est lui qui se prive d’une jolie relation avec eux et c’est aussi son choix, tu ne peux pas changer l’autre. Quant à se séparer de lui, cela va t il changer quelque chose ? Etes il à ce point toxique ? L’aimes tu ? C’est très complexe en effet et cela nécessite plus qu’un commentaire. Merci du partage.

      Répondre
  2. Jugobo
    Jugobo dit :

    Un immense merci pour cette belle piqûre de rappel qui arrive à point nommé pour moi!!!! Très clair, très concis, ton message me permet de reprendre de la hauteur face à tout ce qui bouillonne en moi qd je retrouve certains membres de ma famille ! Et toujours avec le rappel de s’aimer soi, pour aimer les autres!! Merci

    Répondre
  3. isabellr
    isabellr dit :

    Article très utile ,très clair pour une application concrète lorsqu’on se laisse envahir et que l on ne voit plus que les defauts et les travers de l autre en oubliant que l on a surement les mêmes !!!
    Merci Noémie de temps en temps les piqures de rappel font du bien….

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *