Pourquoi je n’ai pas de chance

« Pourquoi je n’ai pas de chance ? » Une question terrible, que vous êtes malheureusement nombreux à vous poser.
En entendant certaines histoires, on ne peut en effet qu’éprouver beaucoup d’empathie. « Je suis désespéré. Un nouveau venu a obtenu le poste pour lequel j’avais tellement travaillé, sans jamais me plaindre, et sans jamais nuire à qui que ce soit !» « Pourquoi tant de personnes parviennent-elles à fonder une famille heureuse et épanouie, alors que je reste désespérément seule ? » « Pourquoi les autres réussissent-ils  toujours tout ce qu’ils entreprennent, alors que je dois constamment faire face à l’adversité, et que tout joue toujours contre moi ? »

Difficile à comprendre, en effet… Certains sont-ils simplement nés sous une bonne étoile, tandis que d’autres sont condamnés à la malchance ? Peut-on tout de même provoquer la chance, ou au moins mettre un terme à cette satanée malchance ?

Vous le savez bien au fond de vous si vous lisez ces lignes… Cultiver sa chance est possible. La chance est même la seule véritable voie, pour chacun d’entre nous. Il suffit de lui ouvrir ses portes.

La chance objective

C’est une évidence, et je ne vais pas vous faire l’affront de mentir sur cette réalité indéniable, il y a des circonstances plus favorables que d’autres. Certains naissent dans des familles aisées, tandis que d’autres font leurs premiers pas dans la misère ou sous les bombes. Certains ont la chance d’être en pleine santé une majeure partie de leur vie, pendant que d’autres doivent combattre de terribles maladies dès leur plus jeune âge. Certains ont une famille aimante, d’autres des parents narcissiques…. La liste est longue.

Les clefs de votre passéNous ne sommes pas tous nés sous la même étoile, et on ne peut pas nier que la vie est un peu plus facile pour une poignée d’individus. Mais, doit-on pour autant en conclure que nous n’avons pas de chance ? Comme l’a joliment dit Sa Sainteté le Dalaï-Lama : « Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel. »  Car, en regardant les choses objectivement, on constate que la grande majorité (chanceux ou malchanceux) doit composer avec certains problèmes personnels, et que généralement, rien n’est jamais très facile dès le départ pour personne. Pour certains, la chance c’est aussi de surmonter les difficultés qui nous semblaient défavorables. Et ce n’est pas parce que nous ne sommes pas tous nés sous la même étoile que les dés sont jetés. Rien n’est définitif, tout est temporaire et tout peut être perfectible et transformé à son avantage. Et, être né sous ce que l’on nomme « une bonne étoile » ne garantit pas la paix, le bonheur et l’amour.

« Je n’ai jamais de chance », ou les abonnés à la malchance

Pourtant, certains s’estiment beaucoup plus malchanceux que les autres. La vie leur semble un véritable calvaire, un enchaînement de circonstances défavorables, aussi épuisantes qu’injustes. A les entendre, tout va à l’encontre de leur volonté ! Pour les autres, les choses ont l’air bien plus faciles…

Les personnes qui se considèrent comme malchanceuses s’estiment, au fond, indignes d’avoir de la chance.
Alors, pourquoi ce sentiment naît-il chez certaines personnes ? Pour le comprendre, mieux vaut étudier les états d’esprit et les comportements de chacun, plutôt que ce qu’ils vivent concrètement et leur chance objective. La réalité saute souvent vite aux yeux. Les personnes qui se considèrent comme malchanceuses s’estiment, au fond, indignes d’avoir de la chance. Convaincues de ne pas mériter les cadeaux qu’offre la vie, elles sont rongées par le défaitisme. En pensant se protéger, elles se coupent d’elles-mêmes, de leurs aspirations, de leurs envies. Prisonnières d’un cercle vicieux morbide, elle finissent par éteindre cette petite flamme qui pousse chacun d’entre nous à s’accomplir. Être malchanceuses est maintenant dans leurs veines, du moins le pensent-elles. Il n’y a pour elles plus rien à faire qu’à accepter ce sort, le seul qu’elles croient mériter.

Cultiver sa chance par l’estime de soi

Se persuader que l’on est pas digne d’avoir de la chance est le meilleur moyen de ne pas en avoir…
Ainsi, les « malchanceux » prennent généralement pour une conséquence ce qui est en réalité une cause. Se persuader que l’on est pas digne d’avoir de la chance est le meilleur moyen de ne pas en avoir… Pour cultiver sa chance, il faut prendre conscience que le fait d’être chanceux ou malchanceux est avant tout un état d’esprit, qui prend sa source dans la confiance et l’estime de soi. Lire l’article sur la confiance en soi.

Il faut donc décider une bonne fois pour toutes de prendre soin de soi. Pour cela, savoir s’écouter et reconnaître ses désirs est une première étape fondamentale. Lorsque l’on oriente son existence vers ce qui nous correspond, automatiquement la chance recommence à nous sourire. Mener une vie en accord avec soi-même rend les choses naturelles, et tout coule enfin de source. Tout est tellement artificiel, pénible et laborieux lorsque l’on s’interdit d’être ce que l’on est, et d’aller vers ce qui nous fait grandir. Tout devient simple quand on s’accepte enfin complètement, en faisant le pari de devenir son meilleur allié.

La chance est la confiance même

Pour avoir de la chance, il n’y a au fond qu’une solution : avoir confiance en soi et en la vie, savoir se laisser guider en toute quiétude par ses élans, et par ce que la vie pose sur son chemin… La chance ne naîtra jamais d’une attitude négative, pleine de peur et de défiance envers les autres et soi-même. La chance est la conséquence naturelle d’une posture confiante, ouverte, emprunte d’un véritable lâcher-prise, sans calcul ni faux-semblant.

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

La vie livre parfois des cadeaux mal emballés et c’est parce que nous refusons de voir au-delà de ces emballages que nous ne verrons pas les cadeaux qu’ils renferment.
Croire en soi et en ses choix, cultiver la confiance et l’estime de soi sont des postures qui permettent d’attirer la chance sans même y penser. En se créant une vie à son image et en se sachant digne de la mener, on pose automatiquement les conditions pour que de bonnes choses nous arrivent. Plus important encore : on ne s’interdit plus de saisir au vol toutes les opportunités que la vie, dans sa grande bonté, nous offre quotidiennement. L’adversité enfin, que nul ne peut éviter, n’est plus vue comme une « malchance » tombée du ciel. Elle devient un nouveau défi que l’on se sent prêt à relever, sans y voir un mauvais signe du sort.

La vie livre parfois des cadeaux mal emballés et c’est parce que nous refusons de voir au-delà de ces emballages que nous ne verrons pas les cadeaux qu’ils renferment.



« Aide-toi, le ciel t’aidera » : La Fontaine l’avait bien compris, dans sa fable, fort drôle, mais tellement évocatrice du chartier embourbé. La chance tombée du ciel sur un veinard qui n’avait rien demandé est un mythe. Nous le savons tous au fond, la chance se provoque… Pas en étant égoïste ou en se faisant passer avant les autres : simplement en s’estimant digne de mener une vie qui nous plaît, et en se donnant les moyens d’y parvenir. En cultivant l’estime de soi et la confiance, on permet à la chance de nous sourire régulièrement. Elle ne se cache jamais bien loin… il suffit de la laisser entrer !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *