Il ne veut pas faire ses devoirs

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


Je vous retrouve à nouveau dans cette série « mon enfant ne veut pas » et, aujourd’hui, nous allons parler des devoirs.

Je ferai une autre vidéo sur la corvée des devoirs, mais là, nous allons voir le refus des enfants face aux devoirs, ce qui nous rend parfois très démunis parce que l’on ne sait pas comment les inciter à travailler et faire en sorte que ce soit fait.

Dans cette vidéo, je vous donne mes 8 conseils pour l’aider à se mettre à la tâche.

-Premier conseil : il revient assez souvent, mais il est important de chercher à comprendre ce qui déplait à votre enfant, il ne veut pas faire ses devoirs, pourquoi ? Est-ce par manque d’intérêt, parce qu’il préfère jouer, par lassitude ? Essayez d’identifier ce pourquoi, ce sera bien plus facile pour vous ensuite de trouver une alternative, mais, quelle est la vraie raison de son refus ?

Votre enfant peut avoir peur d’échouer et il préfère jouer ; Il faut dire que nous aussi d’ailleurs, ramener du travail à la maison, ce n’est pas forcément ce que l’on préfère et quand vous avez-vous aussi des dossiers à ramener du boulot le weekend, vous avez peut-être plus envie d’aller vous mettre sur un transat que d’ouvrir votre ordinateur pour vous mettre à la tâche. On ne peut que comprendre nos enfants dans ces cas-là ! Essayez d’identifier ce qui dérange votre enfant pour trouver une alternative. 

Votre enfant vient de passer 8 heures à l’école durant lesquelles il a été 6 heures d’affilée, assis sur une chaise à écouter, à travailler, à essayer de se concentrer, ne le mettez pas, dès qu’il arrive à la maison, au travail immédiatement. Faites en sorte que votre enfant ait un temps, un petit sas de décompression pour jouer, se détendre, prendre son goûter, parler d’autre chose, c’est important et, même s’il y a beaucoup de devoirs, revoyez l’emploi du temps et laissez-lui un petit temps pour se détendre, c’est essentiel et ça va favoriser sa concentration.

-Deuxième conseil : Ne reproduisez pas le contexte dans lequel il était à l’école, vous n’êtes pas le professeur ! C’est souvent ce que l’on fait en tant que parents, on installe les enfants sur la table, on se met devant lui et on lui explique et ainsi de suite. Soyez plus détendu, instaurez quelque chose de plus libre, par exemple, si votre enfant préfère être debout ; personnellement j’ai des filles qui tournent autour de l’ilot de la cuisine pour faire leurs devoirs, en tout cas tout ce qui est récitation, mémorisation, elles prennent leur feuille ou leur cahier et elles tournent. Laissez-les tourner ! Il y a des études très sérieuses qui ont été faites sur le sujet et qui prouvent qu’un enfant assis sur une chaise apprend moins bien que s’il est en mouvement ; son cerveau est fait de telle sorte que la mémorisation se fait mieux quand il gigote.

D’ailleurs, dans les pays du nord, je crois que c’est en Suède, ils ont créé des chaises pour les écoles dont les pieds sont de différentes tailles, ce qui fait un effet un peu mou et où les enfants peuvent se dandiner sans tomber. Souvent nous voulons qu’il se tienne droit, comme à l’école avec son cahier devant lui, etc, etc…

Une autre chose qui marche super bien, que j’ai adoré mettre en place avec mes enfants, c’est le tableau de la maitresse, mais que vous avez acheté à votre enfant comme cadeau, c’est votre enfant qui est la maitresse et qui fait son travail sur le tableau. C’est plus pratique pour eux, c’est plus ludique et ça change du contexte de l’école. Pensez-y, changez un peu le format.

-Troisième conseil : jouez ! Pour apprendre, c’est le meilleur moyen. Vous allez me dire, mais comment on joue pour apprendre de l’Histoire ? Alors, il y a plusieurs façons de jouer, si vous avez des petits personnages, vous racontez l’Histoire. Moi, j’ai beaucoup fait ça avec les marionnettes où je racontais l’Histoire à mes enfants avec deux marionnettes, en grossissant le trait, en leur posant des questions, en disant : « oui, c’est qui déjà » ? Ainsi elles pouvaient répondre. Rendez le jeu interactif, cela va être beaucoup plus facile pour votre enfant de mémoriser les choses quand c’est fait dans le cadre du jeu. Pour les exercices de mathématiques, c’est la même chose, je les remplace, systématiquement ; les baignoires, les cyclistes, les litres et compagnie, par des bonbons. Plus vous allez mettre des bonbons, plus l’enfant comprend, on ne sait pas pourquoi, mais ça marche. Si vous lui dites : « il y a 10 personnes dans une salle, 3 ont les cheveux rouges, 2 les cheveux bleus, 4 des cheveux  marrons et jaune, combien y a-t-il de marrons et jaunes » ? L’enfant peut être perdu. Si vous lui dites par contre : « tu as 3 bonbons jaunes, 3 bonbons rouges, 6 bonbons au chocolat », tout à coup son intérêt est plus vif et ça passe mieux. Vulgarisez et essayez de rendre les choses ludiques autant que faire se peut, vous verrez que votre enfant mémorisera avec beaucoup plus d’intérêt.

-Quatrième conseil : Récitez ! Tout ce qui est table de multiplication, leçons, poésie, essayez de faire ça dans des contextes qui n’ont rien à voir avec le moment des devoirs. Par exemple, j’ai beaucoup fait avec mon ainée les tables de multiplication sur le trajet de l’école. Dans la voiture on faisait ça comme un jeu. Je disais 6 X 3 et elles devaient répondre, je disais 4 X 5 et elles répondaient. Je le faisais un peu en mode chansons. Je ne vais pas vous le chanter, je ne voudrais pas que vous vous sauviez….Vous pouvez en cuisinant ensemble faire réciter à votre enfant sa poésie, hors du contexte assis sur une chaise.

-Cinquième conseil : Vous pouvez également utiliser des jouets pour rendre tout ça plus ludique, des briques de Lego pour apprendre à compter par exemple. C’est plus rigolo que de poser une soustraction ou une addition ; en tout cas pour les plus petits quand ils commencent à apprendre à compter, il faut un 4, il y a 10 Lego jaunes ils m’en faut 4, combien il en reste ; du coup, votre enfant apprend plus facilement en déplaçant ses briques.

-Sixième conseil : Faites des pauses ! Votre enfant ne peut pas maintenir son attention plus de 15 minutes, retenez bien ce chiffre : 15 minutes ! Si vous le laissez à une table pendant 1 h ½, vous allez voir très rapidement  que vous allez perdre son attention, il va perdre en concentration. Toutes les 15 minutes, une petite pause. Pas pendant une heure bien sûr, mais vous pouvez faire une pause détente, il peut se défouler, aller faire un tour dehors, faire un coloriage, peu importe quoi. Permettez-lui d’avoir 5 minutes de pause détente entre chaque devoir, afin qu’il ne sature pas.

-Septième conseil : cela marche super bien, prenez le rôle de l’élève ! C’est lui qui vous explique la leçon, il n’y a rien de mieux pour qu’il apprenne ! Vous êtes son élève, il va vous expliquer le cours d’Histoire et vous, vous devez apprendre. Et, en cherchant à vous faire apprendre la leçon, c’est lui qui va apprendre. D’ailleurs, vous n’avez pas remarqué que quand vous faites réciter la poésie à votre enfant, vous la savez mieux que lui. Bah oui ! Vous la mémorisez également alors que vous n’avez rien fait pour l’apprendre, mais à force d’écouter votre enfant, vous apprenez en entendant. Votre enfant peut aussi apprendre de cette manière, inversez  les rôles, ça marche super bien !

-Huitième conseil : Posez-vous cette question : « pourquoi est-ce important pour vous qu’il fasse bien ses devoirs ? Pourquoi y a-t-il des tensions, pourquoi êtes-vous si attaché à ses résultats ? Parfois, ce qu’il se passe, c’est que notre enfant ressent le stress que l’on fait peser sur lui ; de ce fait, il est complètement envahi par ce stress, n’oubliez pas que nos enfants sont des éponges émotionnelles, vous n’avez pas besoin de parler, il sent que vous êtes tendu, que pour vous il y a de la pression, il la ressent, ça lui met à lui aussi de la pression et il apprend moins parce qu’il est envahi de stress. Relativisez de votre côté, votre enfant ne va pas couler à l’école parce qu’il n’a pas bien compris une notion ou qu’il ne sait pas parfaitement bien sa poésie, ou parce que ce soir il n’a pas très envie de travailler, soyez souple sur les règles, ne mettez pas trop de pression à votre enfant parce que cela ne sert à rien, c’est contre-productif, vous obtiendrez le contraire de ce que vous attendiez, car, il va être trop stressé !

J’espère que ces 8 conseils vous auront aidé, si vous avez d’autres astuces, n’oubliez pas de me les mettre en commentaires, si vous essayez toutes mes astuces, revenez me dire dans les commentaires également, ce que cela a donné, cela me fait toujours plaisir de vous lire, de vous répondre, je lis tout alors, n’hésitez pas.

 

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »