Les quatre accords Toltèques

Parmi les livres de développement personnel, s’il y en a un qui se démarque par sa perception universelle de la sagesse, c’est le Best-seller les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz. Vendu en Millions d’exemplaires, ce petit livre plein de sagesse ouvre la voie de la liberté personnelle et réalise le rêve d’une autre vie. 

Son auteur, neurochirurgien mexicain devenu chaman comme son grand-père, nous explique que la psychologie positive chamanique des Toltèques s’est dotée de préceptes bienveillants pour ouvrir la voie au bonheur inconditionnel par l’accomplissement de soi.

Même s’il est nécessaire de lire ce livre pour en comprendre toute la force de résonnance, je vous en ai tracé un résumé en souhaitant qu’il vous donnera envie de courir dans la première librairie pour vivre votre propre expérience de la pensée positive mexicaine et du développement personnel quantique.

1er accord Toltèque : Que votre parole soit impeccable

« Parlez avec intégrité. Ne dites que ce que vous pensez vraiment. Évitez d’utiliser la parole pour vous exprimer contre vous-même ou pour médire d’autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l’amour. » 

Comme expliqué dans l’article « Le pouvoir des mots que nous utilisons » : le verbe a un pouvoir puissant sur nous et sur notre psychisme. Un mot prononcé par notre entourage peut très bien nous donner des ailes comme il peut nous mettre plus bas que terre. Notre erreur est de croire que les mots ont peu d’importance, qu’ils n’ont pas de poids. Pourtant, ils ont une résonnance importante du fait de leur énergie positive ou négative.

Et cela concerne autant nos paroles adressées aux autres que notre propre dialogue intérieur. Le premier travail à faire est donc de prêter attention à nos pensées avant qu’elles ne deviennent des mots. Car la parole est un outil d’une puissance inimaginable ce qui exige qu’on apprenne à la maîtriser pour la diriger dans le sens de la vérité et de l’amour et pas pour juger ou médire.

2e accord Toltèque : Ne prenez rien personnellement

« Lorsqu’on fait de tout une affaire personnelle, on part du principe que l’autre sait ce qu’il y a dans notre monde, et on essaie d’opposer notre monde au sien »

Puisque les paroles et les actes des autres leur appartiennent et ne nous concernent pas en propre : pourquoi prendre les choses personnellement ? Notre égocentrisme et le « moi je » nous poussent souvent à croire que tout vient de nous ou que tout nous concerne. Cet accord Toltèque est capital, car une fois que l’on comprend que la critique, comme l’éloge, concernent une image de nous et non nous directement, alors nous sommes immunisés, cela ne nous atteint plus, et nous ne risquons plus d’en souffrir.

Lorsqu’une personne nous maltraite, nous trahit ou nous juge, c’est évidemment de sa responsabilité. En revanche, ce dont nous faisons de ce que cette personne nous a fait est de la nôtre. Oser se remettre en question et apprendre à prendre de la distance par rapport aux jugements, critiques et autres maltraitances permet de ne plus remettre son bien-être et son  estime de soi entre les mains de quelqu’un d’autre.

3e accord Toltèque : Ne faites jamais de supposition

« Le problème des suppositions est que nous croyons que ce sont des vérités. Chaque fois qu’on fait des suppositions qu’on prête des intentions à autrui, on crée des problèmes »

Nous faisons effectivement des suppositions à longueur de journée. Notre mental est prompt à élaborer des raisonnements, à faire des hypothèses et à imaginer des explications que l’on considère d’ailleurs vite comme une certitude, qui devient inconsciemment notre réalité. Il faut avoir le courage de poser des questions et oser exprimer ses vrais désirs. Ainsi, on communique clairement avec les autres et on évite tout malentendu qui pourrait être source de tristesse, de colère ou de déception…

D’ailleurs, pour vous rendre compte de la puissance et de l’abondance de ces pensées parasites, il vous suffit de méditer. Pour cela, posez-vous un instant dans le calme et le silence. En pleine conscience, fermez vos yeux et observez vos pensées. Vous ne tarderez pas à constater la teneur de toutes ces phrases limitantes et de ce dialogue intérieur qui ne cesse de nous mettre en garde, de juger et d’émettre des hypothèses totalement infondées.

4e accord Toltèque : Faites toujours de votre mieux

« Il ne reste plus qu’un seul accord, mais c’est celui qui transforme progressivement les trois autres en habitudes solidement ancrées en nous. Le quatrième accord concerne l’application des trois premiers : faites toujours de votre mieux »,

Si vous avez lu l’article « le perfectionnisme, y renoncer au risque de s’épuiser », vous savez que viser la perfection est généralement source de culpabilité et de frustration. Faire de son mieux permet d’éviter tout jugement négatif sur soi et de ne pas se soucier du jugement ou des attentes des autres. En faire trop conduit à s’épuiser ou se vider et ne pas en faire assez engendre des reproches et de la culpabilité. Agir avec plaisir, et de son mieux, sans attendre quelque chose en retour, et cela avec indulgence envers soi-même, permet de profiter pleinement de la vie.

Ce livre est la base de principes de développement personnel connus, mais présentés simplement et accessibles à tous. La conclusion, je la laisse à Don Miguel Ruiz, l’auteur de ce Best-seller : « Vous n’avez pas à vous juger, à vous sentir coupable ou à vous punir, si vous n’arrivez pas à respecter ces quatre accords toltèques. Si vous faites de votre mieux, vous vous sentirez bien même en faisant encore des suppositions, même s’il vous arrive encore de réagir de façon personnelle, même si votre parole n’est pas tout le temps impeccable. »

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Travailler sa communication

Afin de s’ouvrir à l’autre et d’aborder les choses le plus efficacement possible, il est également essentiel de travailler sa communication. Comprendre le langage non verbal, et savoir déchiffrer la langue mystérieuse des émotions est, comme nous l’avons vu, un talent précieux. Mais nous sommes aussi des êtres de langage. Maîtriser au mieux cet outil à la fois merveilleux et dangereux peut littéralement vous changer la vie.

Le langage est un domaine qui me fascine, et que toute personne souhaitant évoluer sur le chemin du développement personnel devrait étudier. Dans plusieurs articles précédents, nous avons évoqué plusieurs pistes pour progresser à ce sujet.  

Si cela n’est pas déjà fait, en parcourant mes pages, vous pourrez apprendre à exprimer vos besoins sans blesser l’autre, à vous affirmer et à dire non en toute sérénité… Vous verrez également comment dire les choses, et même LA chose la plus difficile à exprimer. 

Tout cela n’est pas accessoire. Je vous promets qu’en travaillant sur votre communication, vous vous faciliterez grandement la vie… Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !

La positive attitude !

Adopter une « positive attitude » change la vie dans tous les domaines
On a beaucoup raillé la chanteuse Lorie, et à sa suite l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin pour avoir vanté les mérites de la « positive attitude ». Il est vrai que la chanson s’adressait avant tout aux adolescents, et que ses qualités musicales ne sautaient pas aux yeux. Il est vrai aussi que voir un homme d’État reprendre les paroles de cette chanson pour ados avait de quoi faire sourire… Pourtant, je suis d’accord avec eux sur ce point. Adopter une « positive attitude » change la vie dans tous les domaines, et tout particulièrement dans la résolution des conflits.

Adopter la positive attitude permet avant tout d’aborder les conflits comme des choses toutes naturelles, et inévitables dans les relations humaines. On évite ainsi de dramatiser les situations, et on les aborde le plus sereinement possible.

Plus important encore : il est impossible de pardonner si l’on a pas fondamentalement confiance en soi et en la vie. Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de vivre une situation de conflit sans blesser l’autre et sans être blessé soi-même. Savoir tirer un trait là-dessus, parier sur la grandeur de l’autre, lui montrer notre estime en trouvant la force de pardonner, c’est se donner l’opportunité de repartir sur des bases plus solides.

Les conflits sont inévitables. Jamais nous ne pourrons grandir en restant dans l’évitement. Mes méthodes ne sont pas miraculeuses, et elles demandent un certain courage : courage de comprendre, courage de s’ouvrir, courage de travailler sur soi, et courage d’être positif… Mais sans ce courage, chaque conflit est condamné à rester stérile et à enfermer chacun dans ses positions. 

Ce courage, qui existe déjà en vous, changera radicalement la donne. Il fera de chaque conflit une nouvelle opportunité : celle de mieux vous connaître et d’aller vers les autres pour bâtir des relations solides, vraies, et bénéfiques pour tous.