Que faire quand mon enfant est en colère ?

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


Alors, comment réagir face aux colères de nos enfants ? J’ai fait beaucoup, beaucoup de vidéos sur les colères, vous les retrouverez sur cette chaîne, toutefois, ce que je voudrais rajouter, c’est que c’est la même chose que de réagir face à la colère d’un adulte. Bien sûr, on ne l’aborde pas de la même manière, et surtout la colère des adultes ne se déclenche pas pour les mêmes raisons que celles des enfants.

C’est pour cela que l’on fait une différence parce qu’on a l’impression que la colère d’un enfant est un peu exagérée, ça s’emporte on ne sait même pas pourquoi, que ça fait des crises de manière disproportionnée pour des petites broutilles. Il est évident que vu d’un point de vue d’adulte, se rouler par terre parce qu’on ne veut pas lui acheter de bonbons, si vous, vous vous promenez au supermarché avec votre petit ami et qu’il refuse d’acheter les chaussures que vous avez vues, vous n’allez pas vous rouler par terre, c’est sûr ! En tout cas, on n’a jamais vu ça. Certes, mais, peut-être que malgré tout cela va créer chez vous une frustration, un stress, vous n’allez peut-être pas le montrer, mais lui faire payer un peu plus tard, on ne sait pas!

Un enfant, lui, quand il est envahi de stress, il ne réfléchit pas et, oui, il peut se rouler par terre pour quelque chose que vous jugez être « puéril ».

Comment on réagit face à ça ? Eh bien, comme avec un adulte. Vous avez quelqu’un en face de vous quelqu’un qui est très, très, en colère, vous n’allez pas lui dire : « j’en ai assez, tu te mets en colère pour n’importe quoi, puisque c’est comme ça, tu n’iras pas à l’anniversaire de ton copain Jérôme la semaine prochaine » !

Je suis sûre que quand je vous dis ça, cela vous parait absurde ; pensez-vous que ça va calmer la personne ? Pensez-vous que si vous, vous êtes en colère et qu’on vous crie dessus encore plus fort, ou bien que l’on essaie de vous raisonner en vous disant : « tu ne vas pas te mettre en colère pour si peu » ; est-ce que vous allez arriver à vous apaiser, est-ce que ça va vous faire du bien ? Non ! La réponse est trois fois non !

Les clefs de votre passéComment voulez-vous qu’un enfant se calme quand vous lui dites, en étant tendu vous-même, qu’il faut qu’il se calme, qu’il faut qu’il arrête, que vous le menacez ou lui faites du chantage ? Ça ne peut pas fonctionner pour un adulte, et ça ne fonctionne pas pour les enfants.

La première chose, et je ne vais pas revenir sur toutes les vidéos que j’ai faites, mais la première chose, qu’attend une personne en colère, c’est d’être :

1] -reconnue dans sa colère

2]-de pouvoir l’exprimer.

D’avoir le droit de dire sa colère. Dire sa colère, ça ne veut pas dire la déposer sur quelqu’un. Par exemple, si votre enfant vous frappe parce qu’il est en colère, ce n’est pas autorisé ; mais qu’il dise sa colère, oui ! Quand un enfant est en colère et que vous reconnaissez sa colère pour ce qu’elle est, c’est-à-dire tout simplement une émotion qui est liée à une frustration. Si vous dites à votre enfant : « mon pauvre chéri comme je comprends à quel point c’est difficile pour toi d’accepter que je refuse d’acheter ces bonbons, tu en as tellement envie, c’est tellement tentant toutes ces choses qu’on voit dans le supermarché et que tu aimerais ramener à la maison ».

Déjà l’enfant entend qu’il est reconnu, ça l’apaise, comme un adulte en colère, si on lui dit : « tu as l’air drôlement en colère, tu dois être très frustré, très contrarié, que se passe-t-il pour que tu te mettes dans un état pareil » ? Là, déjà, on cherche à le comprendre et on le reconnait ; ensuite, on lui laisse dire parce que, oui, pour lui, c’est douloureux de ne pas pouvoir acheter le joujou qu’il désirait, de ne pas pouvoir obtenir le paquet de bonbons, de ne pas avoir le droit de pousser lui-même le chariot, de ne pas avoir le droit de toucher à tout dans les rayons, de démonter les gondoles. Pour lui, c’est frustrant ! Vous pouvez lui dire qu’il a le droit d’être en colère, mais pas de taper et d’avoir des comportements qui se retournent contre les autres ; par contre, dire sa colère, c’est sain et c’est la meilleure façon de pouvoir l’évacuer. Quand vous menacez votre enfant, c’est comme si vous lui disiez qu’il n’a pas le droit d’être en colère, et pas le droit de la montrer. À force, et, la plupart d’entre nous a été éduqué comme ça, à force, on va masquer nos émotions, on va cacher et taire cette colère en se disant qu’elle n’est pas conforme, on va chercher à plaire aux autres, on va nier ses émotions et donc se nier, et plus tard, à l’âge adulte, on aura du mal à s’affirmer, à avoir confiance en nous, à ressentir et à accepter nos émotions. Et, croyez-moi qu’en tant que coach, je peux vous dire, et les psychologues vous diront la même chose, que la plupart des problèmes humains, et même la très grande majorité des problèmes humains, sont émotionnels. Plus tôt on apprend à gérer ses émotions, mieux on se porte et mieux le monde se portera lui aussi.

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *