Mon enfant est homosexuel

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici

Votre enfant est homosexuel et vous êtes totalement dévasté par cette nouvelle, vous êtes envahi et submergé de questions et d’émotions et vous ne savez pas quoi faire.

Le but de cette vidéo est de vous donner quelques clefs pour apprendre à gérer et savoir quoi faire de cette situation, de la comprendre mieux et d’avoir la bonne attitude vis-à-vis de votre enfant.

La première étape quand vous apprenez ou pressentez l’homosexualité chez votre enfant, la première chose si vous la pressentez, car on a vite fait de coller des étiquettes aux enfants, attendez tout de même d’être sûr de ça avant de vous monter la tête !

Par contre, si votre enfant vous a confié son homosexualité, la première chose que j’ai envie de vous dire, c’est que votre enfant a extrêmement confiance en vous, que cela a dû lui demander un courage énorme de venir  se confier à vous, parce que croyez-moi, si vous, vous êtes envahi d’émotions, submergé de questions, lui, cela fait peut-être des mois, voire des années, que c’est le cas et qu’il vit avec ça, qu’il ne vous le dit pas, qu’il refoule tout ça à l’intérieur de lui.

Qu’il vous en parle va peut-être vous rassurer et mettre des mots sur les maux, car, vous avez peut-être constaté que votre enfant était perturbé et soucieux ; ne perdez pas de vue  qu’il vous fait confiance en vous en parlant, accueillez ça et entourez ça de beaucoup d’amour et de bienveillance parce que c’est ce dont va avoir le plus besoin votre enfant à ce moment-là.

Pour ce qui vous concerne, il est normal, sachez-le, d’être submergé, vous aussi, par de la culpabilité, de la honte, de la tristesse, de la peur, des angoisses et de beaucoup  de questions. Ce qui est normal, car, ce n’est pas quelque chose que vous aviez envisagé et, comme tout ce qui nous arrive brutalement sans qu’on l’ait décidé, quand ce n’est pas notre choix, notre décision, et que de surcroît, cela vient contrarier tous les plans que l’on avait échafaudés dans notre esprit, il y a une phase où l’on est un peu assommé et il va falloir apprendre à accueillir toutes ces émotions qui vous submergent.

Je tiens à vous que si vous vous demandez ce que vous avez bien pu faire, ou ne pas faire, pour que votre enfant soit homosexuel, et commencer à réfléchir et vous dire que vous n’auriez peut-être pas dû lui laisser les cheveux longs jusqu’à l’âge de 5 ans, si c’est une fille, de vous demander  si elle avait moins joué avec ses cousins, peut-être aurait-elle été différente….je vous arrête tout de suite ! Votre enfant n’a pas fait le choix de l’homosexualité et cela ne vient pas non plus de ce que vous avez pu faire ou ne pas faire, du contexte dans lequel il a évolué ou pas !

Les clefs de votre passé

Votre enfant est né homosexuel et vous n’y pouvez rien ! Il ne sert donc à rien de vous torturer le cerveau pour trouver des explications. La seule explication valable, c’est que l’homosexualité est simplement une préférence sexuelle ! Une caractéristique de la même manière que l’hétérosexualité.

Votre enfant est comme ça parce qu’il est comme ça. Il ne l’a pas choisi et croyez-moi que s’il avait pu choisir, je pense qu’il aurait choisi la facilité et l’hétérosexualité, parce que c’est très compliqué pour lui, bien plus que pour vous ! D’une part, parce qu’il est beaucoup plus jeune et que c’est plus difficile pour lui, et d’autre part parce qu’il a bien cette conscience de la différence que cela représente, il a aussi conscience du rejet que cela engendre, il a peut-être aussi entendu des tas de quolibets, de moqueries et de propos homophobes, il sait donc, pertinemment qu’être homosexuel, c’est choisir une complication, or, il n’a pas fait ce choix !

N’essayez surtout pas de le changer, déjà parce que vous n’y parviendriez pas, ou pire, peut-être qu’il en viendrait à se plier à vos desiderata et épouser une femme, si c’est un garçon, ou avoir un petit ami si c’est une fille, pour vous faire plaisir, pour se conformer ; il ne sera alors, jamais heureux, et cela ne fera pas de lui un hétérosexuel pour autant ; il restera homosexuel quoiqu’il arrive !

Quant à vous, face à toutes ces émotions, le premier travail à faire, c’est de les accueillir, c’est d’accepter cette colère, cette honte, la culpabilité, et de les laisser s’en aller comme elles sont venues et vous dire que c’est normal parce qu’il faut un temps pour faire le deuil des projections que vous aviez vis-à-vis de votre enfant.

En tant que parents, nous rêvons tous du futur de nos enfants, qu’ils fassent de belles études, etc…finalement, moi, je ne rêve pas tellement de ça je dois dire, je rêve plutôt d’avoir des enfants heureux, mais, beaucoup de parents rêvent d’avoir des enfants qui font de belles études, qu’ils soient toujours en bonne santé, qu’ils aient beaucoup d’amis, qu’ils s’intègrent bien dans la société et si c’est un garçon, qu’un jour il ait une compagne et des enfants et si c’est une fille qu’elle ait un mari et des enfants et  que tout ce beau monde soit très heureux.

En tant que parents, nous avons fait des projections sur la façon dont notre enfant allait vivre, grandir et s’épanouir dans ce monde.

Quand on a un enfant homosexuel, tout à coup, tout, vole en éclats, on va se dire que l’on n’aura jamais de petits-enfants. Ah bon ? Moi, je pense que ce n’est pas vrai, car, il y a beaucoup d’homosexuels aujourd’hui qui ont des enfants.

De toute façon, on peut avoir un enfant hétérosexuel qui décide de ne jamais avoir d’enfants parce que c’est son choix.

Nos enfants ne nous appartiennent pas, ils ont à faire leurs propres choix, leur vie leur appartient et en tant que parents, nous ne sommes là que pour les accompagner et les entourer de beaucoup d’amour et de bienveillance.

Il est nécessaire de relativiser cette situation, ce n’est pas grave d’être homosexuel ! Il est bien plus grave d’avoir une leucémie, un cancer, ou d’être pédophile ! Il y a des mères de pédophiles, il y a des parents de terroristes, de voyous, de drogués, d’alcooliques, etc..

Votre enfant, lui, est homosexuel et je pense, honnêtement qu’il y a beaucoup de mamans qui préfèreraient avoir un enfant homosexuel qu’un enfant malade.

Relativisez la situation, ce n’est pas grave !

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

L’ultime étape de tout ça, c’est-à-dire d’accueillir vos émotions, d’entourer votre enfant d’amour et de bienveillance, va vous conduire au seul endroit où vous allez pouvoir éliminer cette souffrance, cette honte, cette culpabilité, cette tristesse et ces angoisses qui peuvent vous envahir, c’est en étant dans l’acceptation de ce qui est, en acceptant les choses que vous ne pouvez pas changer. Jamais vous ne pourrez changer votre enfant.et votre enfant n’a pas changé, il est le même ; ce n’est pas parce qu’aujourd’hui il vous annonce qu’il est homosexuel que cela efface tout ce qu’il est par ailleurs, cela n’enlève rien !

Si vous voulez le bonheur de vos enfants et je pense sincèrement qu’en tant que parents, c’est la seule chose que l’on puisse désirer pour eux, c’est évidemment en accueillant ça et en sachant accompagner son enfant dans cette révélation parce que cela ne va pas être simple pour lui et lui montrer que vous l’aimez quelles que soient les circonstances et de cet amour inconditionnel, que vous acceptez qui il est.

Vous pouvez lui dire que c’est difficile pour vous au départ, il ne s’agit pas de faire semblant d’être heureux quand on ne l’est pas. Si vous êtes bousculé, il faut le dire à votre enfant : « je n’avais pas vu les choses comme ça, cela arrive un peu brutalement, je ne m’y attendais pas, mais je t’aime et j’accepte qui tu es ».

Ça, c’est important, car votre enfant va vivre beaucoup de rejets. Il faut savoir que la non-acceptation des parents entraine des comportements à risques, des suicides par exemple. Il y a énormément de suicides chez les homosexuels qui justement redoutent d’annoncer  cette nouvelle à leurs parents, ils préfèrent mourir que d’annoncer ça. Soit, ils cachent ça durant des mois et des années et vont avoir tendance à se tourner vers l’alcool, la drogue, les conduites à risques, etc….

Si vous ne voulez pas que votre enfant soit « paumé », accompagnez-le et soyez un socle et un soutien fort pour l’aider à traverser ces moments qui ne vont pas être faciles, le temps qu’il grandisse, qu’il mûrisse et qu’il assume ! C’est le seul choix que peut faire votre enfant, la question n’est pas d’être homosexuel ou non, c’est d’assumer qui il est et pour en arriver à ça, vous avez vraiment un rôle à jouer.

Alors, c’est sûr, je ne vais pas vous mentir, cela ne va pas être simple d’assumer le regard des autres, d’entendre des propos homophobes autour de vous, cela ne va pas être simple pour vous non plus. Si vous aimez votre enfant, que vous vous dites que le monde n’est pas parfait, qu’il y a encore des choses qui demandent à évoluer, sachez que vous pouvez vous aussi participer à cette évolution et faire changer le regard des gens sur l’homosexualité.

En fait, ce qui va créer beaucoup de souffrances, c’est que votre enfant ne s’accepte pas comme il est, de là va naitre la souffrance, et pour qu’il s’accepte, il va falloir que vous l’acceptiez.

Pour conclure cette vidéo, je voudrais vous lire un poème de Khalil Gibran, extrait du Prophète :

Une femme qui portait un enfant dans les bras dit : parlez-nous des enfants et il dit :

-Vos enfants ne sont pas vos enfants

-Ils sont les fils et les filles de l’appel à la vie elle-même

-Ils viennent à travers vous, mais non de vous

-Et, bien qu’ils soient avec vous

-Ils ne vous appartiennent pas

-Vous pouvez leur donner votre amour,

-Mais non point vos pensées

-,Car, ils ont leurs propres pensées

-Vous pouvez accueillir leurs corps, mais pas leurs âmes

-,Car leurs âmes habitent la maison de demain

-Que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves

-Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux

-Mais ne tentez pas de les faire comme vous

-,Car la vie ne va pas en arrière ni ne s’attarde avec hier

-Vous êtes les arcs par lesquels vos enfants vivants sont projetés

-L’archer voit le but sur le chemin de l’infini

-Et il vous tend de sa puissance

-Pour que ses flèches puissent voler vite et loin

-Que votre tension par la main de l’archer soit pour la joie

-,Car, de même qu’il aime la flèche qui vole

-Il aime l’arc qui est stable.

Votre enfant n’a besoin que d’une chose, et il en aura besoin toute sa vie, qu’il soit homosexuel ou non, c’est d’avoir votre amour, votre soutien et que cet amour-là soit inconditionnel !

Merci de m’avoir écoutée jusqu’ici, j’espère sincèrement que cette vidéo fera du bien à tous les parents et leur permettra d’accueillir l’homosexualité de leurs enfants, non pas comme un problème, mais juste comme une caractéristique, comme une particularité. Comme si votre enfant tout à coup aimait le piano, c’est juste une différence.

Si vous avez aimé cette vidéo, vous pouvez la liker, la commenter, la partager et vous abonner à cette chaine pour recevoir encore plus de contenu et être informé de toutes mes prochaines publications, quant à moi, je vous retrouve très bientôt et en attendant, rappelez-vous :

« Il n’y a pas de parents parfaits il n’y a que des parents qui font de leur mieux » !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *