En finir avec le perfectionnisme

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


Être perfectionniste, c’est s’imposer un fardeau, se créer de la difficulté et cela devient, à la longue, épuisant et si c’est votre cas, peut-être vous en rendez-vous déjà compte.

Être perfectionniste c’est vouloir toujours faire les choses à la perfection. Cela a deux travers, voire même plus, mais d’une part, cela peut conduire à procrastiner parce que, tant que ce ne sera pas parfait tant que ces personnes n’auront pas fait de formations supplémentaires, par exemple, pour acquérir plus de connaissances, elles se privent de faire ! On ne peut pas inviter des amis à diner parce que la maison n’est pas encore décorée comme on le souhaiterait pour la montrer aux autres et du coup, on se prive de recevoir.

On ne va pas lancer tel projet parce qu’il n’est pas encore parfait et, pendant ce temps, on perd du temps et au lieu de se perfectionner en « faisant », car il n’y a rien de mal à vouloir s’améliorer, mais pas jusqu’à la perfection, mais pour cela, il faut se jeter à l’eau et arrêter de vouloir que tout soit toujours parfait !

Les clefs de votre passéLes perfectionnistes ont aussi tendance à faire peser sur leur entourage quelque chose de très douloureux. S’ils ont des enfants, il faut qu’ils soient toujours impeccables et bien  habillés, bien coiffés, bien tenus, que leur maison soit toujours bien rangée, leur voiture toujours en ordre, leurs dossiers parfaitement présentés !

On s’impose des efforts et du travail et c’est une énergie considérable qui est dépensée et un stress que l’on fait vivre à son entourage parce que l’on souffre de cette « perfectionnite » aigüe.

Le perfectionniste a toujours tendance à évaluer ce qu’il fait par rapport à sa valeur ; c’est-à-dire que ce qui le rend perfectionniste c’est qu’il se dit que s’il va bien faire, il va être valorisé. Il n’attend pas spécialement des compliments, mais il souhaite donner une bonne image de lui. Or, lorsqu’on attend que la valorisation vienne de l’autre, c’est que l’on ne s’aime pas assez. On attend que les autres nous disent que c’est bien, qu’ils soient contents de nous, qu’ils nous valorisent.

Si l’on avait un petit peu d’amour pour soi-même et que l’on soit suffisamment bienveillant avec soi, nous n’attendrions pas que les autres nous fassent des compliments, mais plutôt qu’ils nous évaluent à l’aune de nos réalisations.

« Être », devrait nous être suffisant  et ne pas être jugé sur le faire, mais plutôt sur qui l’on est. Ce qui me convie à vous dire que le perfectionniste est souvent, et même toujours, très soucieux du regard des autres. Même s’il est capable de se faire peser, à lui tout seul, une pression immense ! Cela le rend extrêmement exigeant vis-à-vis de lui-même bien sûr, mais vis-à-vis des autres également. Avoir un patron perfectionniste par exemple, c’est épouvantable pour ses collaborateurs parce que ce patron-là ne sera jamais satisfait.

Je sais que certains vont dire : « oui, mais c’est pas mal de vouloir que les choses soient bien faites ». Je n’ai pas dit ça ! Vouloir s’améliorer, vouloir faire que les choses soient bien construites, bien élaborées, ça, oui, mais il ne faut pas pour autant mettre des objectifs trop élevés et c’est là que réside la différence entre celui qui veut bien faire et qui se satisfait des étapes, et le perfectionniste qui lui voudra un résultat parfait tout de suite !

Tous les perfectionnistes qui m’écoutent, sachez que la perfection n’est pas de ce monde et qu’il n’est donc pas possible de l’atteindre. C’est une sorte de quête sans fin, un peu comme le « mythe de Sisyphe » ; pour ceux qui ne connaissent pas, Sisyphe c’est quelqu’un qui a une grosse pierre et tous les jours il pousse cette pierre en haut de la montagne et bien évidemment lorsqu’il arrive en haut, la pierre redescend et il passe un temps fou à remonter la pierre qui chaque fois retombe et ainsi de suite, inlassablement. C’est le mythe de l’absurde et celui du perfectionniste.

La perfection c’est le fait de vouloir obtenir quelque chose qui n’est pas possible parce que d’une part vous allez vous décourager, d’autre part, vous allez perdre énormément de temps et surtout, beaucoup d’énergie !

Le perfectionnisme permet aussi de garder le contrôle. Les personnes qui en souffrent ont souvent du mal à faire confiance aux autres, elles ont du mal à déléguer et à lâcher prise.

Ce perfectionnisme va leur faire croire qu’elles contrôlent, or, ce n’est pas vrai, on ne contrôle jamais rien, c’est impossible, la vie est pleine d’incertitudes, tout peut arriver, il est donc vain de vouloir tout maîtriser, mais le perfectionniste, lui, à l’impression que lorsqu’il contrôle, ça le rassure parce qu’il gère. Encore une fois, ce n’est qu’un leurre qui conduit ces perfectionnistes à être extrêmement malheureux et stressés ! Cela les rend intolérants puisque très exigeants vis-à-vis d’eux-mêmes et des autres et cela décourage souvent leur entourage ; quand ils ont des enfants, ils veulent tellement qu’ils fassent bien qu’ils oublient de valoriser le chemin qui pourrait les conduire à des résultats supérieurs, parce que la pression est trop forte et qu’on sait que les gens qui travaillent dans le stress sont beaucoup moins productifs.

J’espère que cette vidéo aura permis à certains perfectionnistes de lâcher prise et de commencer à prendre du recul, parce que le secret pour en sortir, c’est le lâcher-prise. C’est de se dire, « maintenant », et c’est vraiment là le secret, écoutez bien ce qui suit : « à partir de maintenant, je ne fais plus les choses que pour me faire plaisir » !

Si vous êtes perfectionniste et que vous devez faire un repas et inviter des amis, par exemple, vous vous obligez à acheter le fromage à tel endroit, il faut que la table soit comme ça, pas de plis sur la nappe, que le repas doit se dérouler de telle et telle manière, oubliez tout ça, faites quelque chose qui vous fait plaisir, mettez-vous à la place de vos invités et demandez-vous si c’est si important que ça que la nappe soit bien repassée ou que les hors-d’œuvre soient de toutes les couleurs. Est-ce qu’il n’y a pas plus important dans la vie ? Demandez-vous : quelle est l’intention des gens qui viennent chez moi ? Est-ce que c’est pour évaluer ma cuisine et mettre des notes à la fin du repas, non ! Est-ce que c’est de passer un moment avec moi et que je sois détendue et de bonne humeur, oui ! Alors, cuisinez quelque chose qui vous fait plaisir et pour faire plaisir et, oubliez la perfection !

Voilà le petit challenge que je vous invite à faire.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.