Comment se faire obéir par son enfant ?

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


Je voudrais revenir sur le mot obéir ; quand on veut qu’un enfant obéisse en fait, ce que l’on veut c’est qu’il se soumette. Par exemple, vous, vous respectez le fait de mettre votre ceinture de sécurité, ce n’est pas pour obéir, vous ne mettez pas votre ceinture de sécurité parce que vous avez peur d’avoir une amende ? Si c’est le cas, c’est que vous êtes soumis à une loi, ou à une règle, parce que vous avez peur des conséquences, et  s’il n’y avait pas cette règle, vous ne mettriez jamais votre ceinture de sécurité. Il y a des personnes, par contre, qui elles mettent leur ceinture de sécurité parce qu’elles ont compris que c’était pour leur bien, elles le font plutôt par respect d’elles-mêmes que pour le respect d’une règle. De la même manière si vous attachez votre enfant dans la voiture, soit vous l’attachez parce que c’est obligatoire de mettre un siège auto et se soumettre à cette règle par crainte d’avoir une amende, soit vous mettez la ceinture de sécurité à votre enfant par respect pour lui et pour sa sécurité et pas pour éviter d’avoir une amende. À la limite, même si l’amende n’existait pas, vous mettriez votre enfant dans un siège auto avec une ceinture de sécurité.

C’est la même chose pour vos enfants, quand on veut qu’ils obéissent, en fait on désire qu’ils se soumettent. Quand un enfant est obligé et qu’on le fait avec la force, c’est-à-dire, des sanctions éducatives, des menaces, du chantage, l’enfant va finir par avoir peur des conséquences, déjà, il a peur de perdre l’amour de ses parents, leur attention, d’être un mauvais enfant, alors qu’il veut être un bon enfant pour ses parents, il ne veut pas se faire gronder, ou punir, il a peur de tout ça, alors, que fait-il ? Eh bien, il suit vos directives au doigt et à l’œil, mais en réalité, il n’en a pas compris du tout ni le sens ni l’utilité. 

Quand on désire que nos enfants obéissent en fait, ce que l’on voudrait c’est qu’ils coopèrent, qu’ils acceptent les règles non pas pour nous faire plaisir ou parce qu’ils ont peur de nous, mais parce qu’ils sont soucieux de la règle et du respect que cela représente. Par exemple, si vous voulez que votre enfant fasse moins de bruit parce que cela touche à votre besoin de calme, si vous lui dites : « si tu fais trop de bruit, tu n’auras pas le droit de regarder le film, ou tu n’iras pas à l’anniversaire de ton copain, si tu fais trop de bruit je te mets dans ta chambre » ; peut-être lui dire : «  Écoute mon Loulou, là, maman elle est super fatiguée, j’ai mal aux oreilles, j’ai besoin de calme parce que quand cela fait trop de bruit j’ai mal à l’intérieur de moi, c’est vraiment très douloureux, est-ce que tu pourrais aller jouer plus loin ou prendre un autre jeu pour jouer près de moi, un jeu moins bruyant ? Est-ce qu’il t’est possible de faire moins de bruit » ?  À ce moment-là, l’enfant ne fait pas ça parce qu’il va y avoir des représailles, mais parce qu’il comprend que le respect des autres, c’est important, que quand il fait du bruit, il nuit au respect et au besoin de quelqu’un d’autre. C’est un mode d’apprentissage qui est plus long ! Oui, je ne vais pas vous mentir, c’est plus long d’obtenir la coopération de ses enfants plutôt que l’obéissance ! Sauf pour certains enfants où il suffit de le dire une fois ou deux et ça marche. Pour d’autres, c’est plus long, cela va vous prendre plus d’énergie et plus de temps, mais à la fin, vous aurez des enfants épanouis et soucieux du bien-être, autant du leur que de celui des autres. Des enfants qui sauront exprimer leur besoin quand cela sera nécessaire, parce qu’ils vous auront vu le faire, et que le meilleur mode d’apprentissage c’est quand même par l’imitation !

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »