Coronavirus : Comment en parler aux enfants ? 7 conseils

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici


La première chose, est-ce qu’il faut en parler aux enfants ? Peut-être vous êtes-vous posé la question. La réponse est oui ! On se dit souvent qu’ils sont trop petits, qu’ils ne vont pas comprendre, eh bien, ne croyez pas ça ; bien sûr qu’il ne faut pas parler du coronavirus à un enfant comme à un adulte, mais, les enfants ressentent ce qu’il se passe, ils savent, d’une certaine manière, et ne pas leur dire, c’est leur taire quelque chose et l’imaginaire va se mettre à l’œuvre, va broder et peut-être envenimer les choses. Ce qui peut créer des angoisses et du stress chez les enfants. J’accompagne énormément de parents, comme vous le savez, si vous me suivez sur cette chaine ou ailleurs depuis longtemps or, depuis cette pandémie de coronavirus il y a eu des enfants qui ont eu des troubles du comportement, des enfants qui veulent se laver les mains tout le temps, des enfants qui ont du mal à dormir, des enfants inquiets, anxieux qui font des cauchemars, et tout ça est lié à deux choses : soit des trop-dits, soit des non-dits ; nous allons voir dans cette vidéo comment trouver l’équilibre.

Premier conseil : Ne pas cacher à un enfant ce qu’il se passe puisqu’il ressent tout ! Si vous-mêmes vous êtes anxieux et tendu, c’est encore plus grave.

Deuxième conseil : Ne dramatisez pas, surtout si vous êtes vous-mêmes très inquiet, ne dramatisez pas, n’envenimez pas les choses, vos enfants ne sont pas capables de relativiser ; rappelez-vous, le cerveau rationnel, le néo cortex de votre enfant n’est pas formé, il ne le sera pas avant l’âge de 25 ans, et, jusqu’à l’âge de 7 ans, ils vivent dans un monde de bisounours où l’imaginaire et le réel se mélangent entre eux, ils ne font pas la différence entre les deux, ils peuvent avoir très peur et cela peut créer de grandes angoisses ; c’est pourquoi, quand ils sont là, il faut éviter de mettre les infos à proximité et attention, les enfants ont des antennes et des radars, des oreilles « bioniques » ! Ils entendent même quand ils sont à l’étage ou à l’autre bout de la pièce, dans la pièce d’à côté ! Faites attention à ce que vous consommez comme informations et évitez de mettre ça quand les enfants sont présents. Surtout qu’à la télé on entend le nombre de morts chaque jour, et ça, c’est terrorisant, déjà pour les adultes alors, imaginez pour un cerveau immature !

 

Troisième conseil : C’est de doser. Certains parents pensent que les enfants sont trop jeunes et je le disais en préambules et mon conseil c’est de doser ; c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de dire exactement les choses comme on le ferait avec un adulte ; en revanche, on peut expliquer à un enfant que le covid est un virus, qu’il y en a déjà des cas, votre enfant est peut-être déjà tombé malade, auquel cas vous pouvez lui dire : « toi tu as déjà attrapé une gastro, qui est un virus, cela se transmet » ; mettez ça à sa portée, et se mettre à la portée d’un enfant, c’est lui parler de choses qu’il connait déjà. Cela va le rassurer, vous allez lui expliquer que c’est comme Mamie qui a eu la grippe la dernière fois, ou sa petite sœur qui a eu la gastro, que c’est un virus, un microbe qui est dans l’air et qui peut se transmettre si l’on se touche, si l’on tousse, à travers les postillons ; il faut lui dire que ce virus est contagieux, qu’il se transmet assez rapidement d’une personne à une autre, d’où les règles d’hygiène et de sécurité, comme se laver les mains, mettre un masque, etc…Les masques, cela peut être angoissant, surtout pour les petits qui voient tout à coup leurs parents, défigurés, j’ai envie de dire, déformés, qu’ils ne peuvent même pas reconnaitre les gens qu’ils ont l’habitude de fréquenter.

Mettez-vous à sa portée, évitez de parler des morts ; s’il vous demande, parce qu’il a entendu ça à l’école, parce qu’il a capté une information à la télé ou qu’il vous a entendu en parler avec quelqu’un, il faut lui dire que les virus tuent, mais ils tuent depuis toujours et que cela ne veut pas dire qu’il va nous tuer nous ; expliquez-lui également que vous êtes en bonne santé, que lui est très jeune et que les enfants sont les moins touchés, que cela touche surtout les personnes qui sont déjà très âgées ou qui ont des problèmes de santé et ainsi de suite. Expliquez-lui qu’en étant prudent, on devrait s’en sortir très bien, que c’est juste une épidémie, et qu’elle va s’arrêter un beau matin.

Quatrième conseil : Mettez surtout en avant, dans vos explications, le caractère exceptionnel de cette pandémie. Expliquez-lui que c’est quelque chose de ponctuel, que ça ne va pas durer, que c’est déjà arrivé, mais que ça s’en va, bref, soyez rassurant ! Votre enfant va avoir besoin d’être rassuré.

Cinquième conseil : Relativisez ! S’il vous parle beaucoup de la mort, s’il est inquiet, eh bien, dites-lui que de toute façon on va tous mourir ; cela a l’air bête, mais, je vous assure que ça va rassurer votre enfant, car, il n’y a pas besoin de covid pour que les enfants parlent de la question de la mort ; il faut lui dire que oui, de toute façon on va tous mourir, mais qu’attention, quand on est en bonne santé, quand on est jeune, il y a plein de choses qui font qu’il y a peu de risques pour que l’on meure de ce covid et qu’il y a autant de risques quand on prend sa voiture, il y a d’autres choses qui peuvent nous tuer, et l’on ne va pas commencer à avoir peur des choses qui tuent, car, en effet, nous sommes mortels parce que nous sommes des êtres humains, que cela peut nous arriver, mais que l’on ne va pas vivre en s’inquiétant sinon, on le ferait, qu’il y ait covid ou pas.

Sixième conseil : Surtout, n’éludez pas ses questions ! Même si elles sont dérangeantes, comme quand il parle de la mort ou de ses angoisses ; je sais qu’on a du mal parfois à accueillir les émotions des enfants, pour autant, n’éludez pas, apportez-lui des réponses en vous mettant à sa portée. Essayez de vous rappeler, quand vous aviez 4 ou 5 ans, ou 7 ans, qu’est-ce qui vous rassurait, faites ça, faites-vous confiance, mais surtout n’éludez pas parce qu’un enfant qui n’a pas la réponse, on s’en rend compte, il revient à la charge avec toujours la même question et ça, cela veut dire que vous n’avez pas été suffisamment clair !

Septième conseil : Faites-en un jeu ! Si votre enfant adore l’imaginaire, adore jouer, dites-vous que les enfants sont construits pour aimer les jeux, or, ils adorent ça, et, justement, le port du masque, tous les matins on s’équipe, on devient « super corono », ou « super corona », trouvez une idée, moi, je vous livre les miennes comme ça spontanément : « on est le super héros, super corona qui lutte contre covid, il faut donc que le matin, super corona s’équipe, il met son masque, il se lave les mains, il le fait plusieurs fois dans la journée par ce que, super corona veut « vaincre » le covid 19 et ne pas le laisser le toucher », par exemple.

Faites des jeux avec vos enfants, c’est ce qui va permettre de dédramatiser, de remettre quelque chose de gai dans cette pandémie qui n’a rien de joyeux, je vous l’accorde ! 

 

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »