Comment faire manger de tout aux enfants

Les premiers repas en famille, ainsi que la découverte des différentes saveurs et de la gastronomie sont des  étapes incroyablement riches et enthousiasmantes pour les enfants comme pour les parents. Certains aliments sont faciles à faire découvrir à son enfant, et plaisent quasi universellement. D’autres, en revanche, peuvent faire peur et dégoûter les plus jeunes. Fort heureusement, il est toujours possible d’attiser la curiosité de son enfant et de lui faire manger de tout. Voici quelques conseils pour y parvenir.

Soyez créatifs !

La plupart des enfants refusent de goûter et d’apprécier des saveurs nouvelles ou peu habituelles tout simplement parce qu’elles sont servies trop simplement, ou toujours de la même manière. De nombreux parents sont désespérés d’avoir des enfants « difficiles »… mais se bornent pourtant à leur servir des légumes en purée, ou simplement coupés en petits morceaux, sans assaisonnement. Avouons-le, une carotte découpée en cube ou un brocoli simplement servi avec un peu de beurre n’a rien d’emballant, même pour un adulte !

Les clefs de votre passéApporter une touche de créativité dans ses plats aide l’enfant à se familiariser avec de nouvelles saveurs. Cela éveille sa curiosité et diminue l’aspect un peu étrange et effrayant que peuvent revêtir certains aliments nouveaux…

Rassurez-vous, il n’est pas forcément très compliqué d’apporter un peu de créativité à sa cuisine. Mettre des petits morceaux de légumes dans une quiche, du riz, des pâtes, ou dans une sauce par exemple peut suffire à donner à votre enfant l’envie d’élargir ses horizons. Faites-lui simplement remarquer, une fois qu’il a terminé son assiette, qu’il a mangé un nouveau légume et qu’il l’a apprécié !

Cuisinez avec vos enfants

Pour aider votre enfant à développer sa curiosité et son envie de découvrir de nouvelles saveurs, le plus efficace est certainement de l’impliquer dans la préparation des repas. Un enfant qui manipule et goûte en cuisinant intègre les aliments dans son propre univers. Il utilise alors ses cinq sens et peut s’approprier tout ce qui compose un plat en toute sécurité et en toute liberté.

Le stress et la pression n’ont jamais ouvert l’appétit de personne !
Varier son alimentation n’est plus alors perçu comme un devoir ! Cela devient un nouveau terrain de jeu que l’enfant arpente à son rythme, et selon ses propres envies… Et cela change tout. Trop souvent, en effet, le problème vient en partie de la pression que mettent les parents à leurs enfants pour qu’ils goûtent les aliments et qu’ils terminent leur assiette. Or le stress et la pression n’ont jamais ouvert l’appétit de personne !

Rejoignez les milliers d’abonnés à la newsletter et recevez mon livre : 4 clefs pour ne plus crier et s'énerver

Quand les parents bloquent

Vous le savez bien… Les enfants sont de véritables éponges à émotions. Ils sont surtout des éponges à stress et à angoisse ! Lorsqu’un parent est stressé à propos de quelque chose, son enfant le ressent à coup sûr. C’est le cas pour les problèmes de sommeil, mais aussi pour l’alimentation.

Beaucoup de parents, notamment les mamans, commencent à paniquer et à se plier en quatre lorsqu’elles constatent que leur enfant est un peu « difficile » avec la nourriture, ou qu’il n’ose pas goûter de nouveaux aliments.

Bien souvent dans ces cas-là, une sorte de rapport de force se crée entre la maman qui fait tout ce qu’elle peut pour changer la situation et son enfant qui, voyant cela, se bloque de plus en plus jusqu’à se refermer totalement.

Pire encore, devant cette situation, des parents finissent par « clore le dossier » et empêcher inconsciemment leur enfant de varier les plaisirs ! L’enfant est alors mis dans la catégorie de l’enfant « difficile », qui « n’aime pas les légumes » ou qui « n’aime rien »… Soyez certains qu’un enfant qui entend cela s’empressera de se caler sur ce modèle et finira, de bonne foi, par y croire dur comme fer ! Et cela peut même  le condamner parfois pour plusieurs années, jusqu’à l’âge adulte… Une prophétie autoréalisée des plus dévastatrices.

Détendez-vous !

Une chose est certaine : la meilleure chose à faire pour bloquer son enfant, et lui couper l’envie de découvrir les bonnes choses, est de se mettre soi-même la pression.

En voyant ses parents heureux de manger des légumes et de varier les plaisirs, cela lui paraîtra normal de cultiver sa curiosité
Il est facile de cultiver l’angoisse sur ces questions ! Pour la santé de son enfant, pour son plaisir, pour sa curiosité, pour l’estime de soi… Avoir un enfant qui mange bien et de manière équilibrée est important. Mais il ne faut surtout pas que cela devienne un sujet de stress ou de disputes.

Pour détendre l’atmosphère sur ces questions, il y a une chose essentielle à retenir : continuez à prendre du plaisir à manger, quoiqu’il arrive ! N’oubliez pas, l’enfant ne se modélise pas tant sur ce qu’on lui dit de faire que sur ce qu’il voit faire autour de lui. En voyant ses parents heureux de manger des légumes et de varier les plaisirs, cela lui paraîtra normal de cultiver sa curiosité et de voir les repas comme un pur moment de bonheur !

Ainsi, si votre enfant n’aime pas certains aliments, ne paniquez surtout pas ! Profitez-en pour travailler votre lâcher-prise et déculpabilisez-vous, vous n’y êtes pour rien (pour cela lisez mon article : Déculpabilisons-nous !)  ! Il y a de grandes chances pour qu’un beau jour, votre enfant réessaie de lui-même un aliment et réalise qu’il adore ça ! Les goûts évoluent rapidement à ces âges, et rien n’est jamais fixé.

Manger en famille est une joie ! Si votre enfant vous voit profiter de ces petites satisfactions quotidiennement, s’il vous voit cultiver votre créativité dans vos repas, et qu’il met lui aussi la main à la pâte… nul doute qu’il mangera un peu de tout et avec plaisir !

Et si certains aliments ne lui plaisent pas, pas de panique. Chacun ses goûts… et ceux-ci évoluent rapidement à l’enfance.  N’en faites pas tout un plat, et continuez avant à partager le plaisir de dîner en famille et de découvrir de nouvelles saveurs aussi souvent que possible. Il est de notre devoir de nourrir notre enfant, mais aussi de l’accompagner dans l’éducation de ses goûts, cela prend du temps, soyons patients !