Surmonter ses peurs

La peur est une émotion primaire fondamentale. Sans elle, nul doute que l’espèce se serait déjà éteinte depuis des millénaires ! C’est bien la peur ressentie face aux dangers qui nous pousse à mettre en place des stratégies pour nous protéger et pour protéger nos proches.
… Mais quand la peur nous envahit au quotidien, les enjeux sont différents. Beaucoup de personnes sont aujourd’hui paralysées par la peur. Celle-ci les empêche d’affronter des situations nouvelles, et de mettre en place des changements bénéfiques dans leur vie. Comment faire dans ce cas? Comment réagir lorsque la peur nous paralyse ? Peut-on surmonter ses peurs ?

Tout le monde peut apprendre à surmonter ses peurs. En comprenant la peur et ses mécanismes, il est même possible d’en faire une alliée durable… Peut-être le meilleur qui soit.


Qu’est-ce que la peur ?

Pour parvenir à surmonter sa peur et la dompter, il faut avant tout essayer de la comprendre. En comprenant les mécanismes de la peur, il est beaucoup plus facile de s’en affranchir et de l’observer avec détachement et bienveillance.
Les clefs de votre passé

La peur est une émotion primaire, une réaction neurologique et physiologique totalement normale et saine. Tout se passe au niveau de l’amygdale. Face à une situation perçue comme potentiellement dangereuse par le cerveau archaïque, l’amygdale s’active afin de permettre au corps de réagir rapidement et efficacement. Elle produit alors des hormones, notamment de l’adrénaline dans ce seul but : tremblements, rythme cardiaque et respiration qui s’accélèrent, pupilles qui se dilatent… Autant de signaux qui prouvent que notre corps est alerte, et prêt à faire face.

Avoir peur de la peur

Chez les personnes envahies par la peur et paralysées par cette émotion, on rencontre un mécanisme récurrent : la peur de la peur. Bien souvent, ce qui nous paralyse n’est pas réellement la peur qui nous assaille, encore moins la situation à laquelle nous devons faire face… mais bien plutôt la peur de notre propre peur !

Face à une situation, réelle ou imaginaire, l’amygdale se met en branle afin de permettre au corps et à l’esprit de réagir efficacement. Comme nous l’avons vu, ce processus est normal et bénéfique.

Nous vivons dans une société où les émotions perçues comme négatives sont rejetées en bloc et condamnées…
Quand, dans une situation nouvelle ou simplement en l’imaginant, on constate que le rythme cardiaque s’accélère, et que la respiration s’amplifie, la dernière des choses à faire est de tenter d’arrêter ce processus ! En voulant arrêter d’avoir peur, on envoie un message contradictoire à l’amygdale, qui prend son propre processus pour un nouveau danger. Il se met alors à nouveau en alerte, et ajoute ainsi de la peur à la peur… jusqu’à ce que celle-ci nous envahisse complètement. Ce mécanisme est très courant, et est à l’origine des attaques de paniques et de l’anxiété généralisée.

Nous vivons dans une société où les émotions perçues comme négatives sont rejetées en bloc et condamnées… Il n’est pas surprenant de voir ces dysfonctionnements se multiplier, et ce type de souffrances s’accroître. Tristesse, peur, colère… Il est grand temps de réhabiliter toutes les émotions et d’apprendre à les vivre de la bonne manière !

Rejoignez vous aussi les milliers d’abonnés à ma newsletter et recevez en cadeau mon livre « 5 clefs pour transformer votre vie »

Apprivoiser sa peur

Pour contrer ces mécanismes d'anxiété généralisée et d'attaques de panique, la première chose à faire est donc d'accepter la peur en changeant radicalement de point de vue. Ne l'oubliez jamais : la peur n'est pas une ennemie, au contraire ! La peur est une réaction vitale d'une puissance et d'une efficacité incroyable.

La peur est une réaction vitale d'une puissance et d'une efficacité incroyable.
Lorsqu'une situation, réelle ou imaginaire, fait monter la peur en vous, ne fuyez plus vos réactions ! Observez simplement votre corps avec bienveillance et curiosité. Vous constaterez rapidement que ce que vous preniez pour un phénomène paralysant n'est en réalité qu'une énergie bouillonnante ! La peur est un processus corporel fascinant, qui vous met en condition pour surmonter toutes les épreuves de votre vie ! Votre rythme cardiaque qui s’accélère, votre respiration qui s'amplifie... Tout cela vous donne une puissance folle ! Vous êtes plus efficace que jamais, et prêt à faire face à la situation.

Une étude récente a d'ailleurs montré que les personnes les plus efficaces dans les situations stressantes mettaient simplement un autre nom derrière ce que l'on nomme communément la peur : adrénaline, excitation, énergie... Ce simple changement de point de vue leur permet de surfer sur leur peur d'une manière particulièrement grisante et agréable.

La peur : un signal de première importance

Il y a une deuxième chose importante à garder en tête lorsque l'on apprend à surmonter et à apprivoiser sa peur. Bien souvent, la peur face à une situation pousse à fuir. Cela serait adapté face à une situation simplement dangereuse. Avoir peur face à un serpent ou un incendie nous apporte l’énergie nécessaire pour fuir. Cela est adapté, et il n'y a rien à redire à cette mécanique.

Mais la peur, notamment dans les situations sociales, montre généralement notre intérêt pour une chose et son importance dans notre vie.  En écoutant votre cœur (lien), vous ferez bientôt la différence entre ces deux types de peur. Vous constaterez que, bien souvent, une forte peur montre simplement notre envie profonde de surmonter la situation et de donner le meilleur de nous-mêmes.

Quand le corps ne réagit pas à un événement, le cœur n'est pas présent. Quand, au contraire, une émotion se fait sentir, cela prouve à quel point notre être est présent à ce qui se passe, à quel point l'enjeu est important, et à quel point tout ceci compte pour nous.

Comme toutes les émotions, la peur ne doit jamais être rejetée. La peur doit être entendue, comprise et accompagnée. Lorsque l'on a appris à apprivoiser sa peur, la peur de la peur disparaît. Il n'y a plus alors qu'une énergie incroyable, une confiance en ses capacités, et la conviction que ce que l'on ressent est juste et nécessaire.
Alors, la scission interne n'existe plus. Il n'y a plus une personne séparée de sa peur et voulant s'en écarter. Il ne reste qu'une formidable envie de vivre et de répondre de tout son être à l'instant présent.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *